You are here

Adapter son programme en S&D : jusqu’où faut-il aller ?

img_5456_1.jpg

Adapter son programme en S&D : jusqu’où faut-il aller ?

Lors de la mise en place d’un projet S&D, pouvoir s’adapter au terrain où s’organisent les activités est primordial. En effet, le terrain à proprement parler, la culture locale ou encore l’actualité géopolitique sont trois des éléments ayant une grande influence sur la façon dont se déroulent les programmes.

Travailler dans le domaine « Sport et Développement » requiert une grande capacité d’adaptation et de la créativité. En effet, même en effectuant préalablement une analyse des besoins et en préparant un programme avec soin, la réalité du terrain peut se révéler bien différente de ce qui avait été imaginé. En raison de divers éléments imprévus, les professionnels doivent parfois faire preuve de réactivité et créativité s’ils souhaitent offrir des programmes qui vont en adéquation avec les buts initiaux.

La culture locale
En Afrique du Sud ou au Maroc par exemple, un programme n’est pas implémenté de la même manière. La culture, qui est propre à chaque pays, est l’un des premiers éléments à demander un effort d’adaptation aux organisateurs. En effet, en particulier lorsqu’un programme est imaginé par une personne d’une origine qui diffère de celle de la population visée, il semble important de prendre en compte différents aspects tels que les croyances religieuses (respect des fêtes et prescriptions religieuses), la relation au temps (habitudes quotidiennes et importance de l’horaire) ou encore l’accès aux activités (temps et moyen pour venir participer).

Le terrain de jeu
Un autre point important est le terrain en lui-même. Pour le bon déroulement d’une activité, un environnement sûr est nécessaire. Cependant, même après avoir trouvé un terrain sans danger, mettre en place un programme demande parfois de pouvoir faire avec des éléments ayant une influence à court ou long terme, tels que la météo ou l’obtention d’autorisation.

Crises et enjeux géopolitiques
Même en s’adaptant à la culture locale et au terrain à disposition, les programmes mis en place peuvent être perturbés par des événements liés aux enjeux géopolitiques ou sanitaires. Un exemple particulièrement récent est la crise du virus Ebola, qui a poussé les différentes organisations S&D actives dans les pays touchés à mettre leurs activités entre parenthèses ou à revoir leurs priorités. Les différentes guerres autour du monde sont également un exemple de ce qui peut rendre compliqué la réalisation d’activités.

Adapter, mais jusqu’où ?
Un programme est plus efficace s’il peut être adapté. Cependant, est-il réellement possible de tout adapter et de s’adapter à tout ? Les valeurs et les objectifs d’une organisation sont-ils également faits pour être modifiés ? Au final, ce qui semble particulièrement important est de pouvoir s’interroger sur quoi adapter et quand, tout en se questionnant sur la pertinence de conduire un programme tel qu’il avait été imaginé initialement.

About

Article type

News

Author

Camille Borer

Published

Sunday, February 15, 2015 - 23:00

Author

E-Newsletter subscribe