You are here

Existe-il une "bonne" façon d'utiliser le sport pour le développement ?

Copyrights: CIO/Richard Juilliart

Existe-il une "bonne" façon d'utiliser le sport pour le développement ?

Quels sont les facteurs qui font qu'un sport est efficace au regard du développement ?

Le football est le choix de la facilité du fait de sa popularité à travers le monde entier. Alors que le football peut être source de querelles et la religion peut causer des divisions (par exemple dans les pays de l'ancienne Yougoslavie ou en Irlande du Nord), le basketball est vu comme un choix neutre. Même des sports de combat comme la boxe, le karaté, le judo ou les arts martiaux mixes, qui étaient autrefois considérés comme un outil très spécialisé, se sont banalisés et sont devenus à la mode. Fight for Peace utilisent par exemple les arts martiaux mixtes, MIFUMI pratique le karaté en Uganda, Boxgirls la boxe au Kenya et des programmes braziliens mettent en place des programmes de judo, karaté et capoeira.

Mon but est de comprendre pourquoi les mêmes sports sont utilisés de façon répétitive dans le domaine du sport pour le développement. Pour cela, il est important d'observer ce qui est nécessaire dans un sport pour facilier l'apparition de résultats positifs en termes de développement.  

  • De larges groupes de jeunes doivent pouvoir s'engager : Avec 22 personnes jouant en même temps, il est logique que le football soit un choix d'excellence dans les programmes de développement. Par ailleurs, cela explique aussi pourquoi un sport comme le cricket est moins populaire car seulement deux à quatre personnes peuvent jouer à la fois.
  • Le prix ne doit pas être un facteur prohibitant : Des prix élevés ne doivent pas être un obstacle lors que l'on essaye de développer le projet dans un pays en voie de développement.
  • Le sport doit permettre de transmettre un message : Lors de l'enseignement du sport, la pratique doit être structurée afin d'y incorporer des messages de développement. Les exercices peuvent aider à améliorer les performances sportives mais il faut aussi qu'ils délivrent un message. Des organisations comme Grassroots Soccer and Taclke Africa ont réellement redéfini la possibilité de délivrer un message sur la santé à travers des exercices qui ont toujours été utilisé pour améliorer les perfomances footbalistiques.
  • Un contexte approprié : Les sports les plus populaires respectent la géographie et le climat des pays dans lesquels ils sont pratiqués ; football, baseball et basketball dans des climats plus chauds, hockey sur glace dans des climats plus froids. Cela doit prendre en compte l'altitude, les infrastructures sur place, les normes culturelles etc... 
  • Les sports peuvent être empreint de stigmatisations : En effet, des stigmations quant aux religions ou aux genres peuvent existées. Cependant, les sports non-mainstream représentent une autre possibilité pour les différentes communautés d'attirer l'attention des jeunes et de les faire s'engager. Le football et le basketball ont été tellement pratiqués, et ce depuis si longtemps, qu'ils représentent parfois un obstacle plutôt qu'un outil au développement.

Rendez-vous sur LinkedIn pour continuer la lecture, en anglais.

About

Article type

News

Published

Tuesday, November 22, 2016 - 11:40