Un coup d’œil aux Objectifs du millénaire pour le développement

Un coup d’œil aux Objectifs du millénaire pour le développement

Inaugurés en l’an 2000, les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ont précédé les Objectifs de développement durable (ODD) et visaient à réduire la pauvreté comme jamais auparavant. Ces objectifs ont-ils été atteints et quel a été le rôle du sport ?

Quels étaient les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ?

En septembre 2000, 189 pays ont signé la Déclaration du millénaire au siège des Nations Unies à New York. Cette entente visait à atteindre de manière innovante huit objectifs de développement concernant la pauvreté, l’éducation, l’égalité de genre, la mortalité infantile, la santé maternelle, la maladie, l’environnement et les partenariats mondiaux. Chaque objectif comprenait 21 cibles et plus de 60 indicateurs. Rien de comparable avec ce qui avait été tenté auparavant : c’était la première fois que la communauté internationale fixait des objectifs concrets pour lutter contre les problématiques les plus urgentes dans le monde.

Le fait que la période mesurée pour la plupart des cibles ne commence pas en l’an 2000 mais s’étende de 1990 à 2015 entraîne parfois une certaine confusion. Néanmoins, trois raisons peuvent expliquer cette situation. Tout d’abord, la plupart des cibles des OMD découlaient de conférences internationales ayant eu lieu dans les années 1990 et utilisaient 1990 comme base de référence. Deuxièmement, de nombreux pays ne disposaient pas des données relatives à l’an 2000 lors du lancement des OMD et ces données n’auraient pas été disponibles durant plusieurs années. Enfin, bien que les objectifs aient été créés dans l’optique de changer les trajectoires historiques, les Nations Unies voulaient des cibles qui semblaient ambitieuses mais réalisables. 

Les objectifs du Millénaire pour le développement ont-ils été atteints ? 

OMD 1 : Éliminer l’extrême pauvreté et la faim

L’objectif visant à réduire les taux d’extrême pauvreté (personnes vivant avec moins d’1,25 $US par jour) a été atteint cinq avant l’échéance de 2015.1,9 milliards de personnes vivaient en situation d’extrême pauvreté en 1990. En 2015, les chiffres parlaient de 836 millions. La proportion de personnes sous-alimentées à travers le monde est tombée de 23,3 % en 1990 à 12,5 % en 2015. Il s’en est fallu de peu pour que l’objectif soit atteint.

OMD 2 : Assurer l’éducation primaire pour tous

Le taux de scolarisation dans le primaire est passé de 83 % en 2000 à 91 % en 2015. Cela signifie que 111 millions de personnes de plus que ce que prédisaient les tendances des années 1990 ont terminé le cycle primaire. Néanmoins, ce n’est pas suffisant pour atteindre la cible des 100 %.

OMD 3 : Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Environ les deux tiers des pays en développement ont atteint la parité des sexes dans l’éducation primaire. Cela représente quelques grandes améliorations, mais reste en deçà de l’objectif visant à la parité totale. Les gains ont été plus faibles au sein de l’éducation secondaire et supérieure. Le nombre de femmes en situation d’emploi rémunéré a augmenté, de même que la proportion de femmes parlementaires, mais ces faits n’ont pas été réellement transformateurs.  

OMD 4 : Réduire la mortalité infantile

Le taux global de mortalité infantile est passé de 90 à 43 morts pour 1000 naissances vivantes entre 1990 et 2015. C’est un résultat significatif mais qui reste insuffisant pour atteindre l’objectif visé d’une réduction des deux-tiers.

OMD 5 : Améliorer la santé maternelle

Le taux global de mortalité a baissé de 45 % entre 1990 et 2015 et la majorité des progrès ont été réalisés après le tournant du siècle. La plus grande amélioration a eu lieu en Asie du Sud avec une baisse de 64 %. Cependant, la cible globale concernait les deux-tiers.

OMD 6 : Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d’autres maladies

Le nombre de nouvelles infections dues au SIDA est tombé à 40 % et ne répond pas tout à fait à l’objectif visant à freiner et à inverser la propagation du VIH/SIDA. On estime que le taux global de mortalité est tombé à 37 %, et le taux de mortalité à 58 %.

OMD 7 : Préserver l’environnement

La cible visant à réduire de moitié la proportion de personnes sans accès aux sources améliorées d’eau potable a été atteinte avec cinq ans d’avance, en 2010. 2,1 milliards de personnes ont aussi pu accéder à un assainissement amélioré en comparaison avec les années 1990 et la proportion de personnes vivant au sein de bidonvilles dans les pays en développement est passée d’environ 39,4 % en 2000 à 29,7 % en 2015.

OMD 8 : Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

L’aide publique au développement en provenance des pays à revenu supérieur a augmenté de 66 % en termes réels entre 2000 et 2015. Cinq pays (Danemark, Luxembourg, Norvège, Suède et le Royaume-Uni) ont atteint la cible de 0,7 % du revenu national brut fixée par les Nations Unies.

Le verdict

Quelques cibles importantes ont été atteintes, comme par exemple les taux de personnes vivant en situation d’extrême pauvreté et sans accès à une source d’eau potable améliorée. Cependant, beaucoup ne l’ont pas été. 16 000 enfants continuent de mourir chaque jour de causes évitables. 160 millions d’enfants de moins de cinq ans accusent un retard de croissance à cause de la sous-alimentation et environ la moitié de la main-d’œuvre mondiale travaille dans des conditions vulnérables.

Ces chiffres ne devraient toutefois pas détourner notre attention de ce qui a été et de ce qui peut être atteint. D’importants progrès ont quand même été réalisés là où les cibles n’ont pas été atteintes, ce qui en dit long sur l’histoire humaine. Une recherche de Brookings suggère que 21 millions de vies supplémentaires ont été sauvées en raison d’un taux de progression accéléré après l’an 2000. Plus de 111 millions de personnes que ce que prédisaient les tendances des années 1990 ont achevé le cycle primaire, et 471 millions de personnes supplémentaires sont sorties de l’extrême pauvreté.

Par conséquent, ces chiffres montrent un bilan mitigé. D’une part, des millions de vies ont été améliorées, d’autre part, nous avons encore un long chemin à parcourir afin que chacun puisse bénéficier d’un niveau acceptable de vie.

Quel a été le rôle du sport ?

Le sport et développement (S&D) en tant que « force » a réellement émergé durant les 15 années relatives aux Objectifs du millénaire pour le développement. Lorsque les objectifs ont été lancés, le concept du sport comme outil permettant de relever des défis sociaux commençait tout juste à gagner du terrain. Les gouvernements et les agences des Nations Unies ont commencé à discuter du sujet plus fréquemment à la fin des années 1990, et le Bureau des Nations unies pour le sport au service du développement et de la paix (UNOSDP) a été créé en 2001.

Le sport ne s’est pas inscrit dans la majeure partie des discussions lors de la conceptualisation des OMD et n’est pas mentionné dans la Déclaration du millénaire. Cependant, en 2003, une équipe de travail inter-agences des Nations Unies a publié un rapport soulignant la contribution du sport aux OMD. Ce rapport recommandait que le sport « devrait être mieux intégré dans l’agenda du développement » et le décrivait comme étant « un outil viable et concret pour appuyer la réalisation des OMD ».

Cette publication a posé les jalons de la résolution 58/5 des Nations Unies adoptée le 3 novembre 2003, qui a conduit 2005 à être proclamée comme l’Année internationale du sport et de l’activité physique. Durant cette année, les NU ont invité les gouvernements, le secteur privé, la société civile, etc. à chercher des moyens d’intégrer le sport dans leurs programmes et à faire part de leurs conclusions.

Les deux premières conférences de haut niveau sur le sujet ont eu lieu en 2003 et en 2005 à Macolin, en Suisse. Ces événements ont renforcé le sentiment d’une reconnaissance croissante de la contribution du sport aux OMD. La création de sportanddev en 2003 s’inscrit dans cette lancée et a permis de souligner le nombre croissant d’organisations travaillant dans le sport pour le développement durant l’ère des OMD.

Par la suite, le Bureau des Nations unies pour le sport au service du développement et de la paix a souhaité démontrer comment le sport pouvait contribuer aux objectifs, tandis que d’autres, comme la Fondation Berghof formulait des recommandations sur la manière de mieux utiliser le sport au sein du cadre des OMD, mais aucune recherche n’a pleinement évalué la contribution du sport aux OMD.

Cependant, la période 2000-2015 a été marquée par la prolifération d’organisation utilisant le sport et une reconnaissance plus large du sport en tant qu’outil. Depuis 2013, le secteur du sport pour le développement possède sa propre journée de célébration : la Journée internationale du sport au service du développement et de la paix (JISDP). L’ère des OMD a représenté la période où le sport pour le développement a commencé à atteindre sa majorité.