You are here

Acadena Bangkok : des bidonvilles aux terrains de foot

Copyrights: Acadena Bangkok

Acadena Bangkok : des bidonvilles aux terrains de foot

sportanddev a interviewé Charly Nomdedeu, fondateur de l'association Acadena Bangkok

sportanddev : Pouvez-vous décrire le programme en quelques mots ? D’où vous est venue cette idée ? Pourquoi la Thaïlande ?

L'académie propose un programme sport-études pour les enfants du bidonville Klong Toey de Bangkok avec des horaires aménagés entre l’école et le football afin de permettre aux enfants de s'entrainer et d'atteindre un niveau de football élévé. La Thaïlande a un système scolaire identique à celui des États-Unis dans le sens où les plus grandes écoles offrent des bourses d’études aux meilleurs sportifs. Le but de ce programme est de créer une transition qui dure deux ans avant de les proposer aux grandes écoles.

Un tremplin entre le bidonville et les écoles auxquelles ils ne pourraient pas avoir accès à cause de leur situation. Le football est un atout pour accéder à des études.

sportanddev : Quand et comment le projet s’est-il mis en place ? Quelles ont été les principales difficultés rencontrées ?

L'association -de loi 1901- a été créée en mars 2015 en France et a pris le nom d'Ideal Goal. Au fur et à mesure de démarchage, notre projet a plu a ENGIE. En juin 2015, une commission a accepté de financer le projet et en août 2015, j'étais en Thailande pour commencer le projet qui allait débuter avec les enfants en novembre 2015.

Malgré ma connaissance de la Thaïlande, tout mettre en place a été un vrai défi, contacter les personnes, convaincre le club du bidonville (le Klong Toey FC), bref faire ses preuves en Thaïlande. Démontrer aux parents que ce que nous voulions mettre en place était intéressant pour les enfants était aussi difficile. Travailler sur le long terme et se projeter est très compliqué pour les gens issus des bidonvilles.

Un autre défi a été de trouver des terrains de football à Bangkok, qui sont très chers et très rares et que l'on a du louer. Pour organiser la logistique, il faut beaucoup de patience.

sportanddev : Quel premier bilan tirez-vous de ce qui a été réalisé ?

Ce qui devient intéressant c’est l’augmentation de l’affluence dans le club qui a augmenté grâce aux vidéos que l'on a mises en ligne. Auparavant, les enfants hésitaient entre le foot et d'autres activités ; maintenant ils viennent jouer, tout en sachant que quelque chose pourrait se passer pour eux, ça alimente leur intérêt.

sportanddev : « Un centre pour former les hommes » (tiré du site internet) : Qu’en est-il des petites filles ?

Cela a été un des premiers sujets évoqués lors des commissions. Il  y a quelque chose à faire avec les filles, c'est certain mais pour l’instant dans notre bidonville, nous sommes obligés de commencer avec les garcons. Il y a très peu de filles qui jouent au foot donc nous avions besoin d'une équipe éprouvette constituée de garcons. Ils se connaissent, ils jouent ensemble depuis longtemps ; nous apportons une plus-value à quelque chose déjà en place.

Lancer une équipe de filles était un projet pour 2018 mais pour cela, il faudra s'ouvrir à plus de bidonvilles -au moins cinq- pour espérer trouver une dizaine de filles sur une fourchette d'âge de 3 ans de différences. C'est plus compliqué de travailler avec les filles, elles sont beaucoup moins à jouer mais ce serait une façon de les encourager.

sportanddev : Comptez-vous vous étendre à d'autres pays ?

Nous avons évoqué l'idée de s'étendre en Inde en commençant directement une équipe de filles. En dehors de cela, la Californie avec les ghettos de Los Angeles et Oakland nous intéresse aussi. Ces quartiers très pauvres et violents sont des viviers de jeunes footballeurs talentueux. D'autant plus que le projet pourrait très bien s'exporter aux États-Unis où le système correspond bien à notre programme.

En Inde, l'idée serait de travailler davantage sur l'intégration scolaire et l'éducation en interne. Le but final d'Acadena Bangkok est de commencer avec quelques garçons ou quelques filles, exposer ce que l'on fait afin de pouvoir lever des fonds pour aider ceux qui sont restés au bidonville et développer des programmes éducatifs.

Commencer avec un petit groupe, communiquer pour avoir un rayonnement plus important et alimenter des programmes éducatifs pour les autres enfants.

sportanddev : Vous aviez le projet d'un voyage à Paris ? Où en est la préparation ?

L'idée de base était de venir en 2016 à Paris et de faire participer les garçons à un tournoi. Le projet est reporté à 2017 car le financement n'a pas été possible. En ce moment, nous essayons donc de lever des fonds pour un voyage en France l'an prochain. Le principal problème est le prix des billets d’avion. Pour essayer de palier ce problème, nous allons créer une série documentaire sur la vie des enfants au bidonville, la vie à l'académie et leur expérience. En Thaïlande, nous sommes soutenus par une chaîne locale mais nous recherchons toujours une compagnie de production intéressée pour intervenir sur ce projet.♦

About

Article type

News

Published

Monday, October 17, 2016 - 15:47