You are here

Arabie Saoudite : Les femmes changent les règles du jeu

2012_getty_images.jpg

Arabie Saoudite : Les femmes changent les règles du jeu

Human Rights Watch dresse le bilan de l’accès des Saoudiennes au sport : entre détresse et succès.

Aborder la question de l’égalité des sexes

De sérieux progrès ont été réalisés par les Saoudiennes pour accroître leur participation au sport que ce soit pour des raisons de santé, pour se faire plaisir pour la compétition, mais d’importantes barrières persistent. A la veille des Jeux Olympiques de Rio, le gouvernement saoudien et la nouvelle section féminine de l’autorité des sports d’Arabie Saoudite doivent lever les barrières existantes au sport féminin dans les écoles, les entreprises, les fédérations et au sport d’équipe.

Cette année, quatre athlètes représentent l’Arabie Saoudite à Rio, une légère amélioration pour les deux sportives qui répondaient présent en 2012 à Londres. Mais à l’intérieur du pays, la discrimination généralisée entrave l’accès au sport pour les femmes et les filles, et ce notamment dans l’éducation publique. De façon générale, les femmes saoudiennes souffrent de discrimination au quotidien. Elles ne sont pas autorisées à voyager à l’étranger, se marier ou être libéré de prison sans l’accord d’un tuteur masculin. Par ailleurs, le consentement de leur tuteur peut être nécessaire pour travailler ou bénéficier de soins de santé. Elles n’ont pas non plus le droit de conduire.

Cependant, selon Minky Worden, directeur de Global          Initiatives : « Les femmes saoudiennes avancent à pas de géant dans le monde du sport. Elles grimpent sur les montagnes les plus hautes et parcourent les rivières les plus longues. Elles prouvent leur détermination et leurs talents et mettent du cœur à l’ouvrage malgré les obstacles légaux, culturels et religieux inhérents au pays. Alors que débutent les Jeux Olympiques, l’Arabie Saoudite doit changer les règles du jeu en s’attaquant à la discrimination qui empêche les femmes et les filles de participer à la vie sportive du royaume. ».

Des modèles pour les jeunes filles saoudiennes

En 2013, Raha Moharrak est devenue la première femme saoudienne et la plus jeune femme arabe à avoir atteint le sommet de l’Everest. Deux ans plus tard à l’âge de 29 ans, elle a appris à faire du vélo en rejoignant la Team Shirzanan, un collectif de sportives musulmanes qui a réalisé un tour dans l’Etat de l’Iowa (EU) pour faire reconnaître la participation des femmes au sport comme droit fondamental.

Elle a déclaré : « Mon espoir, si un jour j’ai des filles, est qu’elles évoluent dans un monde où il n’y ait plus de premiers. Il n’y aurait plus de records parce que nous les aurions déjà tous battus. Je veux quitter ce monde en sachant que tous les premiers sont partis et tous les défis déjà remplis. Il n’y aura plus de « première Arabe ou première musulmane » à avoir fait telle ou telle chose. Pour mes enfants, je veux qu’ils se disent « Wow, tout a déjà été fait. Que peut-on faire de plus ? ». Ils pourraient être ce qu’ils veulent être, qui ils veulent être tant qu’ils sont heureux et en bonne santé. ». 

Consultez le site internet de Human Rights Watch pour lire l’article entièrement (en anglais)

[Cet article a été édité et traduit par l'Equipe opérationnelle sur la base d'un article paru sur sportanddev le 8 août 2016]

About

Article type

News

Author

Human Rights Watch

Published

Friday, August 12, 2016 - 10:00