You are here

Combattre les violences liées au sexe grâce au football

bc.jpg

Combattre les violences liées au sexe grâce au football

Le British Council et la Première Ligue anglaise lancent un projet innovant à l’Ouest du Kenya. Il s’appuie sur le football pour combattre les violences contre les femmes et les jeunes filles dans cette région où les violences liées au sexe sont les plus importantes du pays.  

D’après les données de l’enquête démographique kenyane (KDHS) de 2009, près de 40% des femmes ont déjà vécu un épisode de violence après 15 ans et 25% ont vécu une expérience violente dans les 12 derniers mois. L’Ouest du Kenya a le taux le plus élevé de violence contre les femmes avec plus de 45% d’entre elles qui en ont souffert depuis leurs 15 ans.

Le programme de trois ans, intitulé “Addressing Violence Against Women and Girls Through Football” (combattre les violences contre les femmes et les jeunes filles grâce au football) est financé par le Département Britannique de Développement International (DFID) et élaboré par le Bristish Council et l’initiative « Premier Skill » de la Première Ligue britannique, qui s’appuie sur le sport pour apporter un avenir plus radieux aux jeunes gens du monde entier.

La pratique du sport est un outil efficace pour combattre les inégalités liées au genre et en faisant jouer ensemble les jeunes filles et garçons, le programme a pour but de combattre les comportements violents et de donner la possibilité aux jeunes de s’exprimer au sein de leur communauté. Un programme adéquat sur la violence contre les femmes et les jeunes filles est intégré à des sessions régulières de football pour filles et garçons de 10 à 20 ans. Il permet aux coaches de travailler avec les jeunes et d’explorer les comportements positifs sur la question des genres tout en développant des capacités de travail en équipe, fairplay, confiance en soi et respect.

Le potentiel à questionner les stéréotypes de genre en faisant jouer les filles au football de façon visible au sein de la communauté est également important. Comme le souligne Elizabeth Njeri Nyaga, l’une des 47 coaches locaux entrainés par les experts britanniques de la Première ligue « en coachant à la fois garçons et filles, c’est un début pour montrer aux gens que les filles peuvent faire ce que font les garçons notamment dans le football, un jeu d’hommes. Avoir des coaches masculins qui parlent de ces sujets va également influencer les autres hommes. Les victimes et les survivants apprendront leurs droits et les possibilités pour obtenir réparation. »

En parallèle des sessions de football et de formation régulières, une campagne médiatique renforcera les messages du programme à destination de la communauté dans son ensemble via des programmes radiodiffusés, des événements autour des matches destinés à sensibiliser la communauté et le soutien de grands champions discutant des violences basées sur le genre. Le programme inclut également une forte dimension de surveillance et évaluation qui utilise des méthodes participatives comme les arts dramatiques et la création d’un album collectif pour prendre en photo les attitudes des enfants et des jeunes participant au programme.

Le programme va se développer dans une seconde région du Kenya en 2015 et travaillera directement avec 96 éducateurs sportifs investis, 4000 jeunes, 120 acteurs de la communauté et 120 000 membres de cette communauté.
[Cet article a été édité et traduit par l'Equipe Opérationnelle sur la base d'un article paru sur sportanddev le 24 juin 2015]
 

About

Article type

News

Author

British Council

Published

Thursday, June 25, 2015 - 23:00

Author