You are here

Diplomatie sportive post-confinement : quelle masse critique ?

Copyrights: Think tank Sport et Citoyenneté

Diplomatie sportive post-confinement : quelle masse critique ?

La diplomatie sportive n’est-elle faisable que si le retour sur investissement représente un niveau assez élevé pour attirer les investisseurs privés ? Dépend-elle d’une masse critique répondant à la logique marchande, où bien a-t-elle également un avenir là où le rendement n’est que faible ?

La diplomatie sportive a-t-elle du sens si le rendement économique est faible ? La question mérite d’être posée dès lors que la reprise des compétitions post-confinement (Covid-19) implique, dans l’immédiat, une réduction de la présence des spectateurs. Nous ignorons en effet si les voyages transcontinentaux liés au sport vont reprendre comme avant1. Là où les acteurs pertinents ont reconnu l’utilité du sport comme outil de soft power, leur engagement survivra-t-il à une chute de ce poste de recettes ?

Comment le public peut-il être impliqué ?

Rappelons d’abord que l’importance de la billetterie a diminué par rapport au volume financier que représentent désormais les droits dérivés dont, surtout, les droits de retransmission. Il y a 12 ans déjà, Wladimir Andreff avait souligné que le modèle commercial traditionnel SSSL (Spectators, Subsidies, Sponsors, Local) avait été remplacé par un modèle MCMMG (Media, Corporations, Merchandising, Markets, Global)2.

Et pourtant, la valeur de chaque marque sportive dépend, aussi, de la présence de spectateurs installés de manière visible dans les tribunes. Si une chute de l’assistance entraînait une chute des recettes, la diplomatie sportive aurait-elle toujours autant la côte ? Quoiqu’efficace, la place du sport dans la diplomatie n’a été reconnue que récemment, peut-être à cause du rôle primordial joué par les organisations sportives internationales (OSI).

La diplomatie sportive demeure un champ d’action contesté3, vulnérable, sujet à des accusations génériques de connivences diplomatiques4 ; risques que garderont à l’esprit les investisseurs privés. Or, c’est peut-être précisément quand les acteurs marchands deviennent frileux que les pouvoirs publics ont un rôle à jouer. Là où le rendement financier (c’est-à-dire le retour sur investissement) ne promet pas grand-chose, une forte implication du secteur marchand ne saurait être visée comme une constante, voire comme un élément-clé de la stratégie. Les autorités publiques pourraient alors y avoir un rôle plus important à jouer, à condition que les OSI le souhaitent. Car les partenariats avec les entreprises sont importants, alors que la composante « diplomatie sportive » est moins évidente. Ce n’est peut-être pas par coïncidence si un ouvrage de référence consacré à la gouvernance des OSI n’inclut aucun chapitre sur la « diplomatie sportive » et si ce terme est absent dans l’index du même ouvrage, alors que les partenariats commerciaux y trouvent bien leur place5. Or, le contexte post-confinement pourrait être une opportunité pour faire autrement – d’autant plus que la pandémie a déjà incité les autorités publiques à s’impliquer beaucoup plus, dans la plupart des domaines politiques, que dans les dernières décennies.

1 Kornbeck, J., Après la pandémie : le « citius altius fortius » aussi dans le ciel ? Le Taurillon, 28 mai (2020), https://www.taurillon.org

2 Andreff, W., Globalization of the Sports Economy. Rivista di Diritto ed Economia dello Sport, IV:3 (2008), pp. 13-32

3 Jackson, S.J., The contested terrain of sport diplomacy in a globalizing world. International Area Studies Review, 16:3 (2013), pp. 274-284

4 Badie, B., La Diplomatie de connivence. 2è édition. PUF (2014)

5 Shilbury, D. & Ferkins, L. (dir.), Routledge Handbook of Sport Governance. Londres : Routledge

[Cet article est tiré de la Revue n°49 intitulée Diplomatie sportive européenne du Think tank Sport et Citoyenneté.] 

À propos de l'auteur

Sport et Citoyenneté est un Think tank créé à Bruxelles en septembre 2007, dont l’objet d'étude est l’analyse des politiques sportives et de l’impact sociétal du sport. Sport et Citoyenneté s’appuie sur dix années d’expertise et bénéficie d’une reconnaissance des autorités publiques et des parties prenantes du sport européen. Il est ainsi régulièrement consulté par les institutions internationales et européennes, les États Membres, le mouvement sportif et la société civile qui le reconnaissent comme un interlocuteur privilégié dans ce domaine.

About

Article type

News

Author

Jacob Kornbeck, membre du Comité scientifique du Think tank Sport et Citoyenneté

Published

Monday, August 24, 2020 - 10:03

E-Newsletter subscribe