You are here

Est-ce l'année du sport féminin ?

Copyrights: Granada / CC BY-SA 4.0

Est-ce l'année du sport féminin ?

Pour célébrer la Journée internationale des femmes, nous examinons comment 2022 se positionne dans l'histoire du sport féminin, les progrès réalisés et les batailles qui restent à gagner.

Le parcours des femmes dans le sport n'a pas été facile, il a été caractérisé par les combats (EN) que les femmes ont dû mener, en raison des perceptions sociétales du genre. Bien que les luttes se poursuivent, 2022 s'annonce comme une année importante pour les avancées du sport féminin dans le monde, ouvrant ainsi la voie à l'équité.

Égalité en matière de droit du travail

Si les femmes qui pratiquent un sport doivent composer avec les attentes de la société en matière de genre, les sportives professionnelles doivent également faire face à des lois du travail discriminatoires.

L'une des premières victoires de l'année pour le sport féminin a eu lieu en janvier, lorsque de nouveaux contrats pour les footballeuses professionnelles en Angleterre ont intégré leur droit au congé de maternité et aux indemnités de maladie de longue durée (EN). Pour la première fois dans l'histoire, les joueuses des 24 clubs de la Women's Super League et du Women's Championship se voient garantir de tels avantages.

Mais l'une des plus grandes victoires est sans doute le règlement d'une bataille juridique de six ans entre l'équipe nationale féminine des États-Unis (USWNT) et la Fédération américaine de football (USSF) au sujet de l’égalité salariale, pour un montant de 24 millions de dollars (EN). Cet accord comprend un paiement forfaitaire de 22 millions de dollars versée aux joueuses. Deux millions de dollars supplémentaires seront versés sur un compte destiné à la reconversion professionnelle des joueuses, ainsi qu’à des actions caritatives en faveur du football féminin. En outre, l'USSF s'est engagée à assurer une égalité de salaire entre les équipes nationales masculines et féminines dans tous les futurs tournois.

La détermination et la persévérance dont a fait preuve l'USWNT représentent une source d'inspiration. Alors que la lutte pour l'égalité salariale dans le sport se poursuit, cet accord historique ouvrira la voie (EN) à des combats similaires menés par des femmes dans différents sports. D'autres sports devront maintenant intensifier leurs efforts (EN) pour apporter des changements tangibles en vue de l'égalité des sexes.

Les femmes excellent dans leur jeu

Cette année a déjà vu les femmes établir et battre de nombreux records sportifs.

2022 a marqué les 100 ans de la participation des femmes à l'Open d'Australie (EN). Le tournoi a débuté en 1905, mais les femmes n’ont pu y participer qu’à partir de 1922. Au cours de ces 100 dernières années, les femmes ont pratiqué un excellent tennis dans le cadre de ce tournoi, où elles ont été nombreuses à battre des records et à entrer dans l'histoire. En remportant le titre féminin 2022, l'Australienne Ash Barty a ramené le trophée à la maison pour la première fois depuis 1978, devenant ainsi la deuxième femme aborigène à gagner.

Aux Jeux olympiques d'hiver de Pékin, la patineuse de vitesse néerlandaise Ireen Wüst est entrée dans l'histoire olympique (EN) en remportant une médaille d'or pour ses cinquièmes Jeux. Elle est la première athlète de l'histoire à remporter plusieurs médailles d'or en individuel à cinq Jeux olympiques. Ces Jeux sont également les plus égalitaires en termes de genre (EN) à ce jour, avec 45 % d'athlètes féminines. Parmi les autres femmes ayant marqué ces Jeux, figurent la Néo-Zélandaise Zoi Sadowski Synnott (EN), l'Américaine Erin Jackson (EN) et la Chinoise Eileen Gu (EN).

L'histoire continue de s'écrire

Alors que la Coupe du monde féminine de cricket et les Jeux paralympiques de Pékin se déroulent actuellement, et que l’Euro féminin 2022 et la Coupe du monde féminine de rugby sont prévus plus tard dans l'année, l’histoire n'a pas fini de s’écrire.

Le cricket féminin a connu une croissance considérable au cours des cinq années qui ont suivi la dernière Coupe du monde, y compris en termes de prix. Cette année, le prix (EN) a été porté à 3,5 millions de dollars, contre 2 millions en 2017, les vainqueurs emportant ainsi 1,32 million de dollars. Bien que la dotation reste loin des 10 millions de dollars du tournoi masculin, cette augmentation est révélatrice de la popularité et du sponsoring croissants (EN) du sport féminin.

L'Euro féminin 2022 s'apprête à accueillir un nombre record de supporters (EN) dans neuf villes d'Angleterre en juillet. Le tournoi de football devrait également être suivi par plus de 250 millions de personnes à domicile, à travers le monde, et se veut l'un des plus grands événements sportifs féminins européens (EN) à ce jour. 

Les coupes du monde de cricket et de rugby 2022 et la coupe du monde féminine de football 2023 se dérouleront en Nouvelle-Zélande. Le ministre néo-zélandais des sports et des loisirs, Grant Robertson, se réjouit d'accueillir à cette occasion les meilleures sportives du monde entier et d'inspirer la prochaine génération (EN).

#BreakTheBias (Casser les préjugés)

Bien que de nombreux progrès aient été réalisés, de multiples défis restent encore à relever.

L’accord historique de l'USWNT est un pas dans la bonne direction en ce qui concerne la bataille pour l'égalité des salaires, mais il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine. En effet, de nombreuses athlètes professionnelles ne perçoivent aucune rémunération (EN) pour la pratique de leur sport, en comparaison à leurs homologues masculins.

La diversité au sein du sport féminin reste également une question pertinente. Comme l'a fait remarquer Casey Stone, manager de Manchester United, la Women's Super League est « très blanche et doit changer » (EN). Le combat pour l'égalité des sexes ne peut être gagné si nous laissons de côté les femmes issues de minorités. Pour inspirer la prochaine génération de filles et de jeunes femmes avec des modèles féminins forts, nous devons veiller à ce que des femmes de tous horizons soient représentées.

La représentation et la participation des femmes transgenres dans le sport font l'objet d'une bataille permanente. De nombreux pays, dont l'Australie (EN) et certains États américains (EN), tentent d'établir des lois visant à interdire aux femmes transgenres de participer à des compétitions sportives. Non seulement ces règles réduisent les capacités et les performances sportives des femmes à leur sexe biologique, mais elles constituent également un affront aux droits humains des femmes transgenres, puisqu'elles leur refusent le droit de participer au sport.

Le scandale de dopage concernant Kamila Valieva aux Jeux olympiques d'hiver de Pékin 2022 a mis en lumière la question de la sécurité des jeunes filles mineures dans le sport d'élite (EN). Nous devons veiller à ce que le sport soit sûr pour tout un chacun, notamment pour les filles mineures qui sont susceptibles d'être victimes d'abus physiques, psychologiques, émotionnels et sexuels de la part d'entraîneurs, d'administrateurs, de médecins et autres.

En outre, il y a encore du travail en ce qui concerne le traitement du sport féminin par les médias. Ce dernier ne reçoit qu'une fraction de la couverture médiatique du sport masculin et lorsque c’est le cas, la valeur de production, l'énergie et l'excitation ne sont pas comparables (EN). Le problème vient en partie du fait que les femmes elles-mêmes sont largement sous-représentées (EN) dans les médias sportifs. Tant que le sport féminin ne bénéficiera pas d'une voix et d'un espace similaire dans notre vie quotidienne, il n'y aura pas d'autres avancées.

Enfin, il existe un écart persistant entre la participation des filles et des garçons au sport de masse, écart qui ne fait que s'accroître à l'adolescence. Une nouvelle étude (EN) de Women in Sport, financée par Sport England, a révélé que 43 % des filles se désengagent du sport après l'école primaire. Les raisons ne sont pas surprenantes : alors que certaines filles ont mentionné l'idée répandue selon laquelle les filles ne sont pas aussi sportives que les garçons, d'autres ont évoqué la sécurité, le harcèlement et le manque d'estime de soi comme principales raisons d'abandonner le sport.

Bien qu'il s'agisse de défis structurels majeurs, ils doivent être surmontés afin de soutenir une plus grande participation des filles au sport et de continuer à inspirer la prochaine génération de sportives, de leaders, d’acteurs et d’actrices du changement. Compte tenu des nombreux progrès déjà réalisés en 2022, nous devons continuer à supporter les vagues en cours dans le sport et en matière d'égalité des sexes, afin que cette année soit celle du sport féminin.

About

Article type

News

Published

Tuesday, March 8, 2022 - 14:59