You are here

Fondation olympique pour les réfugiés : le sport peut donner de l’espoir aux communautés déracinées durant la pandémie de Covid-19

Copyrights: HCR/Mohammad Hawari

Fondation olympique pour les réfugiés : le sport peut donner de l’espoir aux communautés déracinées durant la pandémie de Covid-19

La Fondation olympique pour les réfugiés (ORF) a souligné comment le sport peut aider à renforcer la résilience et à améliorer la santé mentale des jeunes déracinés, en particulier durant la pandémie de Covid-19.

Le Président de l’ORF et du CIO, Thomas Bach, et le Vice-président, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés Filippo Grandi, ont lancé une mise en garde contre l’impact croissant de la pandémie de Covid-19 sur la santé mentale des réfugiés et d’autres personnes déracinées par la guerre, les violences et la persécution dans le monde, aggravant ainsi des circonstances déjà très difficiles.

Les réfugiés comptent parmi les personnes les plus vulnérables aux conséquences de la pandémie. Ils vivent souvent dans des camps et des installations surpeuplés ou en milieu urbain, dans des conditions d’exiguïté, avec un accès insuffisant à l’eau potable et aux produits d’hygiène. Les maladies mentales des personnes affectées par le conflit sont déjà deux ou trois fois plus élevées que parmi la population générale, une personne sur cinq étant confrontée à des problèmes de santé mentale.

Lors d’une réunion via Internet ce jour, le conseil d’administration de l’ORF a convenu de plusieurs initiatives pour renforcer la protection des jeunes déracinés et contribuer à améliorer leur santé mentale grâce au sport.

A titre d’exemple, l’ORF lance un projet pilote en Ouganda, utilisant le sport pour améliorer la santé mentale et le bien-être psychosocial de plus de 10 000 jeunes réfugiés et membres de leurs communautés d’accueil (âgés de 15 à 24 ans). Dirigé par un consortium de cinq agences (l’ORF, l’AVSI, l’UOC, Youth Sport Uganda et le bureau du HCR en Ouganda), ce projet vise à mettre en place un programme national de sport pour la protection.

En outre, le conseil d’administration de l’ORF a :

  • engagé le « Think Tank » de la Fondation à se concentrer sur l’amélioration de la santé mentale et du bien-être psychosocial par le sport, et
  • proposé un appel à solutions de la part des partenaires de l’ORF pour encourager les initiatives sportives qui travaillent à l’amélioration de la santé mentale des jeunes réfugiés durant la pandémie actuelle.

Le Président de l’ORF et du CIO, Thomas Bach, a déclaré : « Ces derniers mois durant la crise actuelle, nous avons tous vu à quel point le sport et l’activité physique sont importants pour la santé physique et mentale. Le sport peut sauver des vies. Les activités sportives pratiquées dans des conditions sûres procurent un bien-être mental et physique à tous et, en particulier, aux personnes qui ont subi et continuent de subir le traumatisme, les pertes d’êtres chers et une incertitude prolongée. » 

Filippo Grandi, Vice-président de l’ORF et Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, a ajouté : « Partout dans le monde, nous constatons des preuves troublantes de l’impact dévastateur de la pandémie sur la santé mentale et le bien-être des jeunes réfugiés. La Fondation olympique pour les réfugiés a identifié à juste titre la contribution importante que le sport peut apporter au bien-être psychosocial et accélère son travail pour relever ce défi croissant. »

About

Article type

News

Author

UNHCR

Published

Tuesday, June 2, 2020 - 10:42