You are here

Football féminin : évolutions et perspectives post-coupe du monde féminine de football 2019

Copyrights: Flickr: Chris Hook

Football féminin : évolutions et perspectives post-coupe du monde féminine de football 2019

Les joueuses de l’équipe d'Australie féminine de football viennent d’obtenir l’égalité salariale avec leurs homologues masculins, ce qui représente une avancée significative en matière d’égalité de genre dans le monde du ballon rond. L’occasion de faire le point sur les évolutions et perspectives de la pratique au féminin, quelques mois après la coupe du monde féminine de football 2019.

L’égalité salariale au cœur des revendications du football féminin

Les joueuses de la Westfield Matildas toucheront désormais 24 % des recettes perçues par l’équipe nationale de football féminin et bénéficieront des mêmes conditions de voyage que leurs homologues masculins, en vertu de l’accord signé le 6 novembre dernier par la Fédération australienne de Football (FFA). Ce dernier représente un progrès considérable pour le football féminin en Australie où la majorité des joueuses n’était pas rémunérée en 2017, mais aussi pour la discipline à échelle internationale.

L’égalité salariale reste l’une des principales revendications des footballeuses de haut-niveau, en atteste le procès intenté par les footballeuses américaines contre leur fédération afin de dénoncer les disparités salariales entre les hommes et les femmes dans le football.

Doubles championnes du monde en titre, les footballeuses américaines perçoivent des salaires plus bas et bénéficient de moins bonnes conditions de travail que leurs homologues masculins, malgré un nombre plus élevé de matchs disputés et des résultats nettement plus probants. Les pourparlers entre les deux parties prenantes ayant échoués, la justice américaine statuera en mai prochain sur l’iniquité des salaires dans le football américain. Au-delà de la question salariale, l’égalité de genre dans le monde du ballon rond dépend encore de l’amélioration d’un ensemble de facteurs.

Médiatisation, infrastructures : les autres défis du football féminin

Un audit mené par la FIFA sur les chiffres d’audience définitifs de la Coupe du monde féminine de football 2019 rapporte que 1,12 milliard de téléspectateurs ont suivi les retransmissions officielles, soit un « record d’audience pour la compétition »1.

Selon Carole Gomez, chercheuse à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), « la médiatisation est la pierre angulaire de la féminisation du football ». Dans une interview accordée à Foot d’Elles, elle souligne « l’excellente médiatisation » de cette Coupe du monde, une avancée qui doit être pérennisée par le biais d’une couverture régulière. Pour la chercheuse, « en médiatisant, on attire les petites filles vers le football, on les fidélise et on crée une dynamique autour de ce sport ». Néanmoins, afin de développer la pratique féminine, il faut aussi « des structures adaptées et des personnes formées pour accueillir ces petites filles ».

Ces propos rejoignent ceux de Sandrine Dusang, ancienne internationale française et ambassadrice de sportanddev. Cette dernière considère que « les femmes doivent bénéficier des mêmes opportunités que les hommes, dans le sport comme dans la société » et que l’évolution du football féminin est étroitement liée au fait que les femmes puissent s’entraîner, accéder aux terrains, aux vestiaires et bénéficier d’un staff médical dans des conditions similaires à celles des hommes.

Les voyants semblent au vert pour le football féminin. L’engouement du public, l’intérêt manifesté par les médias et les sponsors, le lancement en mai dernier de la toute première stratégie de l’UEFA consacrée au football féminin afin de tirer la discipline vers le haut sont autant de pas vers une égalité de genre dans le football. Néanmoins, il reste beaucoup à faire afin d’éradiquer tout préjugé sexiste et permettre à toutes les adeptes du ballon rond de vivre leur passion au grand jour, et pourquoi pas, en faire leur métier.

1 FIFA, 18 oct.2019. « Plus d’un milliard de téléspectateurs ont suivi la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019 ».

About

Article type

News

Published

Thursday, November 21, 2019 - 11:14