You are here

Jeux paralympiques d'hiver de Beijing 2022

Copyrights: World Curling Federation/Alina Pavlyuchik

Jeux paralympiques d'hiver de Beijing 2022

Au centre de plusieurs controverses, les Jeux paralympiques d'hiver de Beijing 2022 ont débuté le 4 mars et se sont achevés une semaine plus tard. Retour sur les principaux faits marquants.

Organisés tous les quatre ans, les Jeux paralympiques d'hiver sont une célébration des para sports sur neige et sur glace. Les premiers Jeux paralympiques d'hiver ont eu lieu en 1976 à Örnsköldsvik, en Suède, 16 ans après les premiers Jeux paralympiques d'été. Beijing a déjà organisé les Jeux paralympiques d'été de 2008 et est la première ville de l'histoire (EN) à accueillir à la fois les Jeux paralympiques d'été et d'hiver.

Plus de 550 athlètes représentant 46 pays (EN) ont participé à ces Jeux. Comme les Jeux olympique d’hiver, les Jeux paralympiques se sont déroulés « en boucle fermée » (EN), en raison de la pandémie de COVID-19. Cela empêchait tout contact entre le monde extérieur et les athlètes, les organisateurs, les officiels et les médias présents aux Jeux.

Les Jeux ont débuté quelques jours seulement après l'invasion de l'Ukraine par la Russie. De nombreuses organisations et fédérations sportives ayant boycotté la participation de la Russie et de son soutien bélarusse aux événements sportifs, le Comité international paralympique (CIP) a initialement annoncé que les athlètes paralympiques russes et bélarussiens pourraient concourir, mais uniquement sous drapeau neutre. Après de nombreuses protestations (EN) de la part d'autres athlètes, le CIP a interdit la participation des athlètes russes et bélarussiens.

Découvrez les autres temps forts de ces Jeux.

Un appel à l'inclusion et à la paix

Andrew Parsons, président du CIP, a ouvert les Jeux par un discours (EN) soulignant le pouvoir du sport pour construire un monde plus inclusif et promouvoir la paix. Toutefois, de nombreuses parties de son discours, notamment son message anti-guerre, n'ont pas été traduites (EN) pour le public chinois, le gouvernement chinois ayant refusé de condamner l'invasion russe.

Lors de la cérémonie d'ouverture, les athlètes ukrainiens ont également dévoilé (EN) des bannières promouvant des messages de paix et ils ont été soutenus par les délégations d'autres pays.

Le 10 mars, les athlètes ukrainiens ont organisé une manifestation (EN) au village paralympique, en se rassemblant sous une pancarte appelant à la paix. Ils ont également observé une minute de silence en hommage aux victimes de la guerre.

La gloire pour la Chine et l'Ukraine

Le pays hôte, la Chine, est arrivé en tête du tableau des médailles : un tour de force pour les athlètes chinois puisque leur seule médaille paralympique d'hiver antérieure (EN) était une médaille d'or au curling en fauteuil roulant remportée à Pyeongchang, en 2018. Le contingent chinois a cette fois-ci empoché 61 médailles (EN), ce qui a choqué tout le monde. Cependant, il reste à voir dans quelle mesure cet exploit se traduira par un changement sociétal (EN) substantiel pour les 85 millions de personnes handicapées en Chine.

Alors que le pays endure une guerre brutale, l'Ukraine est arrivée deuxième (EN) au classement des médailles. La guerre a touché personnellement de nombreux athlètes. Luidmyla Liashenko a remporté trois médailles en para biathlon, dont une en or. Elle a dû se retirer de la course de cross-country après avoir appris que sa maison de Kharviv avait été détruite (EN) lors des bombardements de la ville. Une autre athlète, Anastasiia Laletina, s'est retirée de l'épreuve de demi-fond assis après avoir appris que son père avait été capturé (EN) par les forces russes.

Oksana Masters, née en Ukraine, est devenue la première Américaine (EN) à remporter sept médailles lors d'une seule édition des Jeux paralympiques d'hiver. Elle a également l'honneur d'être l'athlète la plus décorée des Jeux paralympiques de Pékin et l'Américaine la plus décorée des Jeux paralympiques d'hiver. Elle est également championne paralympique d'été.

La Chine et le Canada sont les seuls pays à avoir remporté une médaille dans les six sports paralympiques (EN). La Chine a remporté l'or dans tous ces sports, à l'exception du para hockey sur glace (EN), dans lequel elle a gagné une médaille de bronze après avoir battu la Corée du Sud.

Des champions mondiaux

Le Britannique Ollie Hill a remporté la première médaille de son pays en snowboard (EN), en se classant troisième. Il s'agissait de ses débuts paralympiques.

La famille autrichienne Aigner (EN) a gagné six médailles aux Jeux. Les sœurs Aigner ont décroché les médailles d'or et de bronze (EN) dans l'épreuve féminine de para ski alpin (l'or est revenu à Veronika Aigner et le bronze à sa jeune sœur Barbara). Veronika est guidée par leur sœur aînée Elisabeth Aigner. Le frère jumeau de Barbara, Johannes Aigner, a régné sur les épreuves masculines (EN), en remportant quatre médailles à ces Jeux, dont deux en or. 

Le Canadien Brian McKeever est entré dans l'histoire (EN) en remportant l'épreuve masculine de la moyenne distance en para ski de fond pour déficients visuels. Grâce à cette victoire, il est devenu la deuxième personne à remporter 16 médailles d'or lors de sa carrière, à égalité avec le para-skieur allemand Gerd Schöfelder. McKeever, qui n'a pas perdu une course individuelle aux Jeux paralympiques depuis 2006, compte désormais 20 médailles paralympiques à son actif.

Se battre pour pouvoir concourir

La route vers les Jeux paralympiques n'a pas été facile pour les snowboardeuses Cécile Hernandez et Brenna Huckaby, qui ont toutes deux dû mener une bataille juridique (EN) pour être autorisées à participer aux Jeux paralympiques.

Elles ont été contraintes d'intenter une action en justice après que le CIP a supprimé leur classification en 2019, et n'ont initialement pas été autorisées à concourir « dans une catégorie supérieure ».  Après avoir obtenu gain de cause, les athlètes ont pu rivaliser avec d'autres sportives paralympiques ayant avantage compétitif, mais toutes deux ont fini sur le podium, Hernandez remportant sa première médaille d'or.

Une météo défavorable

Les conditions météorologiques lors des Jeux paralympiques d'hiver ont parfois été incertaines, les organisateurs ayant dû reprogrammer de nombreuses épreuves (EN). Cependant, même avec des horaires de départ plus précoces, les températures plus chaudes ont fait fondre la neige artificielle pour l'épreuve de ski alpin, ce qui a rendu la tâche plus difficile pour les athlètes. Que signifie le changement climatique pour l'avenir des Jeux paralympiques (EN) ? Cela reste à voir.

L'égalité des sexes, un rêve lointain ?

Les Jeux paralympiques de Beijing ont vu un nombre record (EN) de paralympiennes, 138, soit une augmentation de cinq personnes par rapport à Pyeongchang, mais l'égalité des sexes aux Jeux paralympiques reste un rêve lointain. Avec un total de 564 athlètes en compétition, le rapport entre les athlètes féminins et masculins reste lamentable (EN), ce qui donne une idée des multiples couches de marginalisation auxquelles les para athlètes féminines sont confrontées.

La nature institutionnelle de la discrimination sexuelle dans le para sport est particulièrement évidente dans le cas du hockey sur luge (EN). A ses débuts en 1994 à Lillehammer, il s’agissait d’une épreuve mixte mais elle est devenue une épreuve réservée aux hommes au fil des ans. Cela a conduit à l'expulsion d'Amanda Ahrnborn de l'épreuve, lors des Jeux paralympiques d'hiver de Turin en 2006. Cette controverse a entrainé un retour à la mixité. Depuis, seules deux autres femmes ont participé à des compétitions de hockey sur luge : la Norvégienne Lena Schroeder aux Jeux de Vancouver 2010 et la Chinoise Yu Jing aux Jeux de cette année. A Beijing 2022, sur les 118 joueurs de hockey sur luge, 117 étaient des hommes.

De tous les Jeux olympiques et paralympiques, les Jeux paralympiques d'hiver sont ceux où le rapport hommes-femmes (EN) est le plus faible, ce qui témoigne du peu de chances qu'ont les femmes et les filles handicapées de pratiquer un sport. L'augmentation de la participation n'est toutefois que le premier pas vers l'égalité des sexes dans le sport.

Passer le flambeau

Les prochains Jeux paralympiques d'hiver se dérouleront en 2026 à Milan-Cortina (EN). Les deux villes accueilleront conjointement les Jeux. Si Cortina d'Ampezzo a déjà accueilli les Jeux olympiques d'hiver en 1956, ce sera la première fois en 2026 qu'elle accueillera des Jeux paralympiques, qui ont débuté en 1976.

About

Article type

News

Published

Friday, March 18, 2022 - 10:54