You are here

Journée mondiale du réfugié : le CIO solidaire #Aveclesréfugiés

Copyrights: IOC - Ian Jones

Journée mondiale du réfugié : le CIO solidaire #Aveclesréfugiés

Aujourd’hui 20 juin marque la Journée mondiale du réfugié. Le Comité International Olympique (CIO) tient à rendre hommage au courage, à la persévérance et à la capacité d’espérance des 65,6 millions de réfugiés et autres personnes déplacées dans le monde, et à rappeler comment le sport peut contribuer à la guérison de leurs souffrances et à leur inclusion sociale.

L’histoire de six réfugiés érythréens est un exemple de cet espoir et de cette résilience insufflés par le sport. Séparés alors qu’ils étaient en exil, ces amis d’enfance se sont retrouvés plus d’une année après à Addis Abeba et regagné confiance grâce au cyclisme. Faisant partie des quelque 20 000 réfugiés qui se sont installés dans la capitale éthiopienne, ces jeunes hommes motivés se soutiennent et s’encouragent mutuellement chaque jour face à la circulation chaotique de la capitale éthiopienne et aux difficultés de la vie quotidienne, dans l’espoir de devenir un jour professionnels. 

Une équipe de réfugiés historique et symbolique

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) estime que plus de 65 millions de personnes ont été forcées de partir de chez eux à cause de la guerre, de la famine et d’autres catastrophes naturelles ou causées par l’homme. Malheureusement, ces personnes ont pour la moitié d’entre elles moins de 18 ans et les jeunes réfugiés doivent surmonter d’énormes difficultés qui affectent leur développement émotionnel, physique et éducatif. Pour faire prendre conscience de l’ampleur de la crise des réfugiés, le CIO a créé l’équipe olympique des réfugiés – la première du genre. En participant l’été dernier aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, ces dix athlètes ont envoyé un symbole d'espoir et de paix aux réfugiés du monde entier. 

En dehors de la période des Jeux Olympiques, le CIO continue d'apporter son appui à ces athlètes, jour après jour, à travers le programme de soutien aux athlètes réfugiés mis en place par la Solidarité Olympique afin de les aider à bâtir leur avenir. La nageuse réfugiée syrienne Yusra Mardini est également devenue, à l’âge de 19 ans, la plus jeune ambassadrice de bonne volonté du HCR, et continuera d’être le porte-parole des réfugiés. 

Une solidarité de longue date avec les réfugiés

Le CIO et le HCR ont depuis longtemps reconnu l'importance du sport et des activités récréatives pour le bien-être, le rétablissement et le développement des jeunes réfugiés, en particulier des enfants. Depuis vingt ans, les deux organisations mettent le sport au service des réfugiés afin de leur offrir un peu de répit et de joie. Elles contribuent également à sensibiliser le public à la question des jeunes réfugiés et à faire connaître l'impact que peut avoir le sport en tant qu'instrument de paix et d'intégration, avec le soutien du président d’honneur du CIO, Jacques Rogge, envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies pour les jeunes réfugiés et le sport. Des milliers de réfugiés ont ainsi pu participer à des programmes sportifs et profiter des équipements donnés par le CIO.

Le programme de soutien aux athlètes réfugiés proposé par la Solidarité Olympique offre aux CNO la possibilité d'identifier et de soutenir un nombre limité d'athlètes réfugiés vivant sur leur territoire afin de les préparer à participer à des compétitions de haut niveau. Le programme est ouvert à tous les CNO de pays accueillant des réfugiés et souhaitant s'associer au CIO pour soutenir et protéger les athlètes.

  • Retrouvez l'intégralité de cet article sur Olympic.org

About

Article type

News

Published

Tuesday, June 20, 2017 - 17:15