You are here

Karaté, tennis de table…Quand des femmes seniors se mettent au sport

Copyrights: Les Sportives Magazine

Karaté, tennis de table…Quand des femmes seniors se mettent au sport

Dans les clubs sportifs locaux, les femmes retraitées vivent une seconde jeunesse physique et psychologique en découvrant un sport. Pour les structures, ce nouveau public senior est aussi une aubaine pour leur développement.

Une fois à la retraite, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à faire du sport. En 2015, selon l’INSEE, 26,5% des femmes de plus de 65 ans pratiquaient une activité physique au moins une fois par semaine contre 24% sur la même tranche d’âge. Les Sportives Magazine a été à la rencontre de deux clubs qui ont ouvert des sections seniors. En Occitanie et en Bretagne, des femmes de 70 à 79 ans se retrouvent chaque semaine pour pratiquer du tennis de table et du karaté. Deux disciplines qui ont a priori peu de points communs. Et pourtant, ces séances permettent à chacune de ces retraitées d’améliorer leur condition physique, de hausser leur estime d’elles-mêmes et de garder un lien social. En accueillant ce nouveau public senior, les clubs y ont aussi retiré de sérieux avantages.

« Pas mal de mamies viennent taper la petite balle ! »

Entraîneur au club Ping Saint-Paulais depuis cinq ans, Kevin Louarn est à l’initiative du dispositif Ping Santé Senior. Lancée en 2015, l’initiative a pour objectif de prévenir la sédentarité, la perte d’autonomie et l’isolement par une pratique sportive adaptée, régulière et de proximité. Tous les lundis matins, les seniors s’entraînent à Lavaur, ville de 11.000 habitants. « Au club, depuis, pas mal de mamies viennent taper la petite balle ! », se réjouit le coach. Michèle, 76 ans, pratique le tennis de table au club depuis le lancement de la section. 

J’ai joué au tennis, mais à mon âge, c’était un peu trop difficile. Là, je cherchais quelque chose qui soit à la fois physique, ludique et convivial, et où je puisse rencontrer des gens.

A Lesneven, ville bretonne de 6.300 habitants, une section de karaté existe pour les seniors. Au cours de sa vie, Marie-Pierre avait fait « un peu de gym et de tai-chi ». Agée de 70 ans, elle n’était pas sûre de vouloir commencer le karaté. « Dans mon esprit, ce sport avait une connotation combative qui aurait pu me rebuter. Mais l’entraîneur m’a rassurée en me disant que c’était une activité dédiée aux plus âgés. » C’est cet entraîneur, Bernard Paugam, qui est à l’origine de ce créneau. « En 2012, lorsque j’ai passé mon 6e dan, j’ai fait une étude et j’ai découvert que les seniors étaient laissés de côté dans la pratique du karaté. Une fois à la retraite, j’ai donc créé cette section. »

Le sport, remède face aux épreuves de la vie

De 70 à 79 ans, les pratiquantes interrogées pour cet article font un bilan global positif des conséquences du sport sur leur quotidien. Michèle n’avait jamais vraiment pratiqué le tennis de table sauf quand elle était ado, sur les tables de son village, en amateur. « On fait des exercices pour utiliser la table et pour bien réaliser nos gestes. Ça demande pas mal de concentration. Mais surtout, je transpire beaucoup et ça, c’est intéressant » se réjouit-elle. « J’ai besoin de me dépenser ! » Depuis qu’elle s’est mise au karaté, Marie-Pierre a remarqué plusieurs effets positifs dans son quotidien. « Un jour, en nettoyant mes carreaux, je n’avais plus besoin de l’escabeau pour atteindre la dernière vitre. Et de façon générale, mes articulations se sont détendues. » 

About

Article type

News

Author

Assia Hamdi

Published

Tuesday, May 15, 2018 - 12:43