You are here

L’ancienne gymnaste olympique Gloria Viseras raconte comment elle a été abusée

gloria_viseras.png

L’ancienne gymnaste olympique Gloria Viseras raconte comment elle a été abusée

Avec le deuxième article de notre série sur la protection de l’enfance dans le sport, nous vous proposons le témoignage de la gymnaste olympique Gloria Viseras. Elle a eu le courage de parler de son expérience en tant que jeune athlète dans un environnement sans protections.

Les adultes ont commencé à écouter les voix des enfants et des jeunes abusés dans le sport seulement récemment. Pendant des décennies, les victimes ont subi toutes les formes de violence sans pouvoir en parler. Aujourd’hui, la recherche montre que les jeunes sportifs qui réussissent dans le sport de haut niveau ont plus de risques de faire face à ces formes de violence.

L'histoire de Gloria Viseras
A trois ans, mes parents m’ont emmenée voir la gymnaste Vera Cavslavska aux Jeux Olympiques mexicains de 1968 et je suis tombée amoureuse de mon sport.

De retour à Madrid, j’avais huit ans lorsque j’ai commencé la gymnastique et deux ans après, notre groupe avait un nouveau coach. Au début, nous trouvions son petit jeu de « séduction » très amusant. Il nous appelait "Neniña" (« petite fille » en espagnol) ou "Gloriña" et nous donnait l’impression d’être très spéciales. Puis des choses étranges ont commencé à se passer.

Il nous a interdit de faire certaines choses et a attendu de voir si nous lui obéissions. Il nous a humiliées et a attendu de voir si nous allions en parler à nos parents. Puis il a commencé à nous interdire de regarder les garçons avec qui nous avions toujours pratiqué la gym. Nous ne pouvions pas répondre à un « bonjour » d’un garçon de notre âge avec qui nous jouions à cache-cache la veille encore. Alors, nous regardions fixement le sol.

Les abus sexuels n’ont pas commencé tout de suite. Ils ont suivi une période d’intense manipulation psychologique. J’ai toujours été obéissante et disciplinée et ai fait preuve d’une volonté de fer pour faire tout ce que j’étais « censée faire » et être « une bonne fille ». Je suis devenue une jeune fille silencieuse, distante et capable de tout dissimuler, et ai commencé à ressentir une forme de peur constante et immobilisante, de la honte et de la culpabilité. Il m’a choisie.

J’ai lui ai fait confiance aveuglément. Le lien émotionnel était si fort que je ne faisais rien et même, ne pensais à rien sans que je ne réfléchisse à la façon dont il pouvait réagir. Et du haut de mes 12 ans, j’étais convaincue que j’étais une personne mauvaise et ingrate, une « sale petite pute », et que si j’en parlais à quelqu’un, ce quelqu’un saurait alors combien j’étais mauvaise.

La gymnastique devint pour moi quelque chose que je faisais huit heures par jour mais sans vraiment savoir pourquoi je la continuais toujours. Dès mon réveil, mon seul et unique but de la journée était de lui être obéissante.

Il a abusé de moi de 12 à 15 ans à la gym, dans la voiture, dans les hôtels, toujours dans des endroits où il avait un accès total et sans contrôle. Jusqu’à ce jour où j’avais 15 ans et que je suis arrivée en larmes dans la voiture de mon père ; mon père est alors allé le voir dans les vestiaires. Il ne m’a plus laissée y aller. Comme disait Marilyn Monroe, « it is easier to smile than to explain why I am so sad » (il est plus facile de sourire plutôt que d’expliquer pourquoi je suis si triste).

Mettre en place des mesures internationales pour les enfants dans le sport n’est pas seulement important, c’est un devoir. Les enfants doivent arrêter d’être un moyen pour les adultes (parents, coaches, managers de clubs etc.) de remplir leurs propres objectifs. Nous devons également changer la tendance dans la société, et par-là même dans les organisations sportives, à blâmer les victimes. Ce ne peut être réalisé qu’avec le concourt de campagnes publiques et nécessitera des années de dur labeur. 

[Cet article a été traduit par l'Equipe Opérationnelle sur la base d'un article paru sur sportanddev le 15 avril 2015]

About

Article type

News

Author

Gloria Viseras

Published

Wednesday, April 15, 2015 - 23:00

Author