You are here

L’ANESTAPS porte-parole de la jeunesse

Copyrights: ANESTAPS

L’ANESTAPS porte-parole de la jeunesse

Créée en 1999, l’Association Nationale des Étudiants en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (ANESTAPS) représente aujourd’hui l’ensemble des étudiants liés aux métiers du sport. Une organisation qui fourmille de projets, notamment en vue de la rentrée prochaine.

21 ans cette année, l’ANESTAPS a l’âge d’être étudiante. Ce n’est pas l’unique point commun avec beaucoup des jeunes qu’elle représente. L’ANESTAPS ne manque pas de projets pour son avenir, motivée par sa prérogative principale : « représenter et défendre les droits et intérêts des étudiants STAPS, mais aussi des jeunes étudiants dans le champ du sport », explique Loïc Rosetti, président de cette fédération regroupant près de cinquante associations et adhérente de la FAGE (Fédération des Associations Générales Étudiantes), première organisation de jeunesse en France. « Au total, nous représentons un peu plus de 100 000 élèves. Nous nous investissons sur la filière STAPS, mais aussi sur toutes les formations du ministère des Sports.

Nous sommes vraiment au service de l’ensemble des jeunes qui souhaitent s’orienter vers les formations des métiers du sport.

Nous œuvrons concernant leur insertion professionnelle et leur vie étudiante, à savoir tout ce que nous allons pouvoir leur proposer durant leur cursus en matière d’accompagnement. L’ANESTAPS a un objectif d’émancipation de la jeunesse concernant les jeunes souhaitant s’orienter dans les métiers du monde du sport. »

L’ANESTAPS, une organisation qui a eu le temps de mûrir son modèle au fil des années afin de défendre au mieux les intérêts de ses étudiants. « Notre modèle est construit sur deux jambes », confie Loïc Rosetti. « La première concerne la représentation et la défense des droits des étudiants. La seconde est celle de l’innovation sociale. Quand nous n’arrivons pas à faire bouger les choses en termes de représentation de par nos propositions et nos idées, nous modélisons des projets qui vont aider à faire bouger les choses sur certaines thématiques. »

Un nombre croissant de projets

Des projets, l’ANESTAPS en développe un nombre important sur l’ensemble du territoire. La Journée Nationale du Sport et du Handicap, créée en 2013, a pour objectif de développer l’image du sport adapté, permettant ainsi d’ouvrir et d’intégrer les personnes en situation de handicap au sport. La septième édition, organisée en 2019, a permis de rassembler plus de 15 000 participants sur un total de 27 villes.

Autre innovation « made in ANESTAPS », la création de l’EducTour en 2018. « Ici, l’objectif est de réunir 100 jeunes autour d’une table de manière à formuler des propositions pour l’avenir du sport en France. Réussir à apporter notre contribution à ce monde-là fait partie de nos objectifs », assure Loïc Rosetti.

Nous travaillons également énormément sur la question de l’inclusion et de la lutte contre les discriminations par le sport.

Ce dernier est vecteur de cohésion et peut devenir un porte-parole majeur de cette lutte contre les discriminations. La solidarité fait également partie de nos thématiques fortes, notamment avec un partenariat important noué avec le Secours Populaire. C’est un projet qui se décline sur l’ensemble du territoire et qui est destiné aux étudiants et aux personnes qui en ont besoin. »

Une thématique solidaire que l’ANESTAPS développe également à l’internationale. En collaboration avec l’ONG française PLAY International, plusieurs étudiants se sont rendus au Kosovo l’été dernier, durant trois semaines. Le but : animer de nombreuses séances pour des jeunes et des enfants, mais également animer des formations pour les bénévoles associatifs kosovars qui seront amenés à mettre en place des activités similaires. Avec ce type de projet, le sport devient vecteur de rassemblement et de sensibilisation à de nombreuses thématiques.

About

Article type

News

Author

Olivier Navarranne pour SPORTMAG.fr

Published

Tuesday, June 9, 2020 - 10:35