You are here

Le football pour combattre le racisme et les préjugés

Copyrights: dh.be

Le football pour combattre le racisme et les préjugés

Quatre projets bruxellois ont reçu un subside du Fonds Jo Vanhecke. Focus sur le projet Footgirls à Saint-Gilles et Forest.

Depuis septembre 2016, Sihame Osmane, ainsi que 17 autres adolescentes, se retrouvent chaque samedi au centre sportif des Primeurs, à Forest, pour jouer au football en salle.

J’ai eu envie de commencer ce sport car à l’école, il n’y a que des garçons qui jouent et je n’ai pas le niveau. J’ai donc intégré cette équipe et tout se passe très bien. J’aime l’esprit d’équipe, apprendre de nouvelles techniques et faire de nouvelles rencontres.

explique cette Saint-gilloise de 17 ans. Le projet Footgirls a été conjointement mis sur pied par la maison de jeunes Le Bazar et l’ASBL Medina. « Nous avons aujourd’hui un effectif de 18 joueuses âgées de 12 à 17 ans », explique Medhi Jaber, animateur à la maison de jeunes Le Bazar et entraîneur de l’équipe de football féminine.

Ce projet s’est vu octroyer un subside de 4.300 € par le Fonds Jo Vanhecke, créé notamment sous l’égide de la Fondation Roi Baudouin. L’objectif : lutter contre le racisme dans le football et renforcer la cohésion sociale. « L’objectif principal de ce projet, c’est d’émanciper les filles par le sport et de lutter contre les préjugés. Il y a beaucoup de joueuses d’origine marocaine dans notre équipe et dans cette culture, le sport n’est pas prioritaire. Nous avons une équipe composée de plusieurs nationalités différentes et c’est ce qui fait notre richesse ! », ajoute Medhi Jaber.

Actuellement, l’équipe ne dispute que des entraînements. « Elles doivent apprendre la base avant de se lancer dans un championnat. C’était un petit challenge pour moi d’entraîner des filles car je suis sévère lors des entraînements. J’avais des craintes que cela ne se passe pas bien, mais elles sont en fait plus attentives aux consignes que les hommes. Elles ont soif d’apprendre et vu leur implication, ça augure de belles choses pour l’avenir », sourit Medhi.

D’autant qu’avec le montant octroyé par le Fonds Jo Vanhecke, du nom du directeur de la cellule football du ministère de l’Intérieur décédé l’année passée, du nouveau matériel va pouvoir être acheté. « Nous n’avons pas encore défini comment sera affecté le subside mais certainement dans l’achat de matériel. On compte aussi faire des trainings à leur nom ainsi qu’à celui du club, et organiser un tournoi. Nous devons nous concerter pour voir commencer affecter ce montant mais ce sont en tout cas les projets prioritaires », conclut Medhi.

À l’instar du projet Footgirls, 9 autres projets ont été récompensés, dont trois bruxellois. Des projets tous azimuts qui passent par des actions de prévention à l’attention des supporters ou l’organisation, par des clubs de foot, de campagnes de sensibilisation pour les supporters en matière de sécurité, dont la consommation d’alcool et de drogues.

  • Retrouvez cet article sur le site de DH.be

About

Article type

News

Published

Thursday, April 27, 2017 - 11:37