You are here

Le moment clé du sport et développement ? L’agenda 2030 du développement durable

unamid.jpg

Le moment clé du sport et développement ? L’agenda 2030 du développement durable

Lundi 3 août a été une journée extrêmement importante pour la communauté internationale après qu'un accord ait été trouvé aux Nations Unies sur « l'agenda 2030 pour le développement durable ». sportanddev.org s'est demandé si c'était une bonne chose pour le secteur du sport et développement.

Ceci est le premier article d'une série en cinq parties sur le sport et l'agenda 2030 pour le développement durable. Les articles suivants sont à paraître dans la newsletter de sportanddev.org au cours des cinq prochaines éditions.

L'accord du 3 août sur le texte final de « l'agenda 2030 pour le développement durable » marque l'avant-dernière étape d'un long processus de consultation de deux ans impliquant 193 Etats membres et la société civile. Les huit Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) précédents ont été remplacés par 17 nouveaux objectifs. La semaine dernière, le processus de consultation a abouti à la publication du rapport de #action2015 « Transformer notre monde : l'agenda 2030 pour le développement durable » (en anglais), qui sera officiellement adopté lors d'un sommet en septembre.

La communauté du sport et développement (S&D) et ses défenseurs ont profité d'un niveau d'attention sans précédent au cours de ce processus, en particulier sur la scène internationale avec de nombreux commentaires du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon (en anglais), sur l'importance du sport et de son rôle au service du développement.

Qu’est-ce que le rapport #action2015 dit vraiment à propos du sport ?

Beaucoup dans la communauté du S&D seront heureux de ce que l'inclusion d'un paragraphe sur le sport signifie pour l'avenir du secteur. D'aucuns pourraient penser le contraire, mais les défenseurs du S&D verront en ce paragraphe court mais crucial l’arrivée du secteur sur la grande scène des politiques crédibles de développement.

Le sport comme un outil pour promouvoir la paix, la tolérance et la compréhension culturelle
L'inclusion du sport aux côtés des questions de promotion de la paix et de la tolérance ne devrait pas être surprenante : la Résolution 69/6 - « Le sport comme moyen de promouvoir l'éducation, la santé, le développement et la paix» (octobre 2014) - défend en effet le sport comme étant un outil d'encouragement de la paix. L'avant-projet précédent (en anglais) du document #action2015 parlait explicitement du rôle du sport dans la promotion de « la compréhension interculturelle, la tolérance, le respect mutuel et une éthique de la citoyenneté mondiale et de la responsabilité partagée » - quelque chose au sein duquel le sport a été impliqué à divers niveaux depuis les organisations de base aux grands événements sportifs tels que les Jeux Olympiques, promouvant les valeurs et les idéaux de l'Olympisme. Parallèlement à une mise en garde sur le fait que le sport peut autant diviser les gens qu'il peut les unir, la reconnaissance du rôle du sport sur cette question est encourageante.

Le sport, l'activité physique et un monde de savoir-faire physique
Un domaine qui a été absent de l'avant-projet était le rôle du sport dans « la santé et le bien-être ». Le troisième objectif des Objectifs de Développement Durable (ODD) est « d'assurer une vie saine et de promouvoir le bien-être pour tous à tous les âges », mais l'avant-projet n’intégrait pas le sport et l'activité physique au sein de cet objectif. Un monde de « bien-être physique, mental et social » a été envisagé, mais sans une tentative de connexion du bien-être physique à un monde physiquement actif. Le langage utilisé dans l'avant-projet et le précédent rapport « Route vers la dignité 2013 » (en anglais) manquait dans les deux cas du concept clé de « savoir-faire physique », et cette reconnaissance encourageant un monde physiquement actif pourrait avoir de profondes conséquences économiques et sociales positives (en anglais). Alors que l'expression « savoir-faire physique » manque toujours dans le rapport final, l'inclusion de dernière minute du sport comme un catalyseur de l'amélioration de la santé est certainement bienvenue.

Aller de l'avant
Suite à l'adoption officielle de ces objectifs en septembre 2015, début 2016 verra le développement d'indicateurs et de discussions sur la façon dont ces objectifs seront suivis et évalués. En outre, de nombreuses sources de financement seront allouées selon les priorités définies par les ODD.

Une fois de plus, cette discussion offre au S&D une opportunité unique. Auparavant, il était recommandé de faire de l'accès au sport et à l'éducation physique un indicateur devant être pris en compte dans la mesure de l'indice de développement humain (en anglais) de l'ONU. Le moment est peut-être venu pour nous de relancer ce débat.

Ne manquez pas la deuxième partie de notre série qui proposera d'étudier le rôle potentiel du sport pour atteindre les objectifs proposés, à paraitre à l'occasion de la 147ème newsletter, le 19 août (en anglais puis traduit dans la semaine en français).

[Cet article a été traduit par l’Equipe Opérationnelle sur la base d’un article paru sur sportanddev le 5 août 2015]

 

About

Article type

News

Author

Lucas Fournier

Published

Wednesday, August 12, 2015 - 23:00

Author