You are here

L’intégration des réfugiés par le sport en Europe

refugees_sport.jpg

L’intégration des réfugiés par le sport en Europe

Pour les réfugiés, le sport peut être une passerelle importante afin de s’intégrer à leur nouvel environnement. Tour d’horizon des initiatives sportives en faveur des réfugiés en Europe. 

Après avoir enduré l’épreuve de devoir quitter leur pays, fait face à de nombreuses péripéties pour atteindre une terre d’accueil, l’intégration n’est pas une étape facile à endurer. Le sport peut agir comme facilitateur, pont de communication, pour aider ces nouveaux venus à s’acclimater à leur nouvel environnement. De nombreuses initiatives ont fleuri à travers l’Europe, en voici quelques exemples.

L’universel football

Il s’agit de l’un des sports les plus pratiqués au monde, et l’un des plus accessibles. Peu surprenant donc, que beaucoup d’initiatives soient centrées sur le football. De la Suède, en passant par la Belgique, puis l’Italie, de nombreux clubs de foot ouverts aux migrants ont été créés. Dans chacun de ces clubs, le football est célébré en tant que sport collectif et langage universel.

Pour y voir un peu plus clair, le réseau Fare a entrepris de lister toute les initiatives footballistiques qui participent à l’intégration des réfugiés dans leur société d’accueil. On peut citer comme exemple le club de football de Kraainem (périphérie de Bruxelles), qui a reçu la visite de politiques belges et européens début mars. Le Kraainem FC accueille de manière hebdomadaire une vingtaine de réfugiés provenant d’Irak, Syrie, Afghanistan, ou d’Erythrée. Le club fournit également des cours de langue française et néerlandaise aux jeunes réfugiés ainsi que des repas chauds. Une initiative saluée par Laurent Thieule, président du think thank Sport & Citoyenneté: « Le sport a une grande valeur d’intégration sociale. Cette initiative donne à ces jeunes le droit de regarder loin devant et d’espérer autre chose que ce qu’ils ont vécu avant d’arriver ici ». 


Tous les sports rassemblent

Pourtant le football n’est pas le seul sport à être employé comme moteur d’intégration. La Fédération Suédoise de Basketball présentait par exemple sur sportanddev.org (en anglais) son initiative pour inclure des enfants sans accompagnement provenant de pays en guerre comme la Syrie.

En Allemagne, parmi les nombreuses initiatives pour intégrer le sport, le skateboard a aussi voulu participer à l’effort commun. A Berlin, Cologne, Munich et Münster, des groupements de skateboarders ont ainsi offert aux réfugiés des initiations ainsi que du matériel. Pour les organisateurs, la planche à roulette permettrait surtout aux jeunes de s’évader, de gagner en indépendance, mais aussi de pouvoir communiquer au-delà des barrières linguistiques, à travers les gestes et les mouvements.

À une échelle plus large, l’Union Européenne a également lancé une série de projets où le sport est considéré comme un outil pour faciliter l’intégration des réfugiés ou d’autres groupes marginalisés. L’ESPIN (European Sport Inclusion Network) réunit par exemple différentes associations européennes de sport afin d’organiser des évènements sportifs destinés aux réfugiés ainsi qu’une aide humanitaire. L’ESPIN se charge également d’étudier la participation et l’exclusion des migrants dans le sport en Europe, ainsi que d’éveiller les consciences sur ces questions.

About

Article type

News

Author

Victor Béquignon

Published

Monday, March 14, 2016 - 23:00

Author