You are here

Rémy Rioux (AFD) : « En Afrique, avec la NBA, on va surprendre, on va innover »

Copyrights: BasketSession.com

Rémy Rioux (AFD) : « En Afrique, avec la NBA, on va surprendre, on va innover »

En s'engageant avec la NBA dans un partenariat de grande envergure, l'AFD et Rémy Rioux, son Directeur général, font le pari que le basket peut accélérer le développement de l'Afrique. Entretien.

Le 4 juillet dernier, à Lagos au Nigéria, en présence d'Emmanuel Macron, l'Agence Française de Développement et la NBA ont signé un partenariat historique qui pourrait faire franchir un cap décisif au basket africain. Rémy Rioux, le Directeur Général de l'AFD qui est par ailleurs passionné de sport et de basket, a pris le temps de répondre à nos questions pour faire le point sur ce message fort lancé à la jeunesse africaine.

BasketSession : Pour ceux qui ne connaîtraient pas forcément le rôle de l'Agence Française de Développement, est-ce que vous pourriez nous réexpliquer la teneur de votre mission ?

Rémy Rioux : L'AFD est en quelque sorte la banque de financement de la France. Nous sommes l'institution financière française qui met en œuvre la politique de développement à travers le financement de projets. On travaille dans cent pays dans le monde, on fait dix milliards d'euros de financement par an, ce qui fait quelque chose comme 750 projets financés chaque année. Evidemment, on a un très fort intérêt pour l'Afrique puisque 50% de nos financements vont vers ce continent. Nous sommes la plus vieille institution de développement du monde, c'est le Général De Gaulle qui nous a fondés à Londres en 1941, pendant la guerre. C'est une maison sérieuse, d'économistes, de financiers, qui a accumulé beaucoup d'expérience en Afrique, notamment dans le financement d'infrastructures et dans son implication dans les grands sujets structurants des économies africaines. Mais on n'avait encore jamais fait de sport.

Le sport est un vecteur économique très important et c'est également un élément de lien social et d'unité. »

BasketSession : Justement, pourquoi le sport ?

Rémy Rioux : Habituellement, nous sommes partenaires d'entités comme la Banque Mondiale, de la Banque Africaine de Développement, toutes ces grandes maisons qui financent le développement du Sud. Aucun d'entre nous, jusqu'ici, n'avait fait dans le basket ou le sport et pourtant, à titre personnel, je suis absolument convaincu que le sport est un facteur de développement économique et social, dans nos pays, ça on le sait très bien, mais également dans les pays en développement. C'est un vecteur économique très important. On estime généralement qu'il représente 2% du produit intérieur brut dans nos économies à nous, c'est vraiment quelque chose d'important en termes de création de richesses et d'emploi. Et puis, évidemment, c'est un élément de lien social, d'unité, un vecteur pour l'égalité entre les femmes et les hommes. Et c'est à la fois pour ce potentiel économique et ce potentiel social de cohésion que le sport est particulièrement important en Afrique où 70% de la population a moins de trente ans. Il y a donc plein de gens qui sont en âge de faire du sport, qui cherchent un emploi et il y a de la croissance en Afrique, donc des gens qui sont capables de s'acheter des baskets. Décathlon est par exemple en train de se déployer de façon très active parce que le marché commence à arriver et avec lui la croissance, les bénéfices en termes de développement pour la santé, pour l'éducation, bref tout ce que le sport peut libérer. Ce qu'on n'a encore jamais fait, c'est de connecter l’univers sportif – les fédérations, les clubs, tous les acteurs du sport – avec les professionnels du financement du développement, comme l'AFD. Il se passe des choses dans le monde du sport en Afrique, mais qui manquent souvent d'impact puissant sur les populations.

About

Article type

News

Author

Théophile Haumesser pour BasketSession

Published

Monday, December 10, 2018 - 12:01