You are here

Roller derby, glisse et contact conjugués en sport féminin

roller_derby.jpg

Roller derby, glisse et contact conjugués en sport féminin

Né aux États-Unis dans les années 30, le roller derby vit un net regain depuis début des années 2000. Sur leurs patins, les joueuses s’affrontent lors d’une course aux points musclée sur une piste ovale. Sport à part entière, le roller derby est porteur d’une culture féministe, punk empreint de « Do it yourself ». 

Le roller derby a su saisir sa deuxième chance. Après avoir atteint son pic de notoriété dans les années 80, le sport était tombé en désuétude jusque dans les années 2000. L’engouement ne semble d’ailleurs pas prêt de s’arrêter : près de 1250 « ligues » existent à travers le monde, avant que d’autres ne le rejoignent. Au championnat du monde de 2014 à Dallas: 30 pays étaient représentés dont le Japon, la France, la Suède, l’Afrique du Sud, l’Argentine, etc.

Le roller derby en règle
En roller derby, deux équipes de cinq joueuses s’affrontent le long d’une piste ovale, évidemment équipée de patins et de protections. Chaque équipe comporte une jammeuse (au casque marqué d’une étoile) et quatre bloqueuses. En début de partie, les bloqueuses des deux équipes se réunissent pour former un pack. Juste derrière elles, les deux jammeuses vont devoir essayer de dépasser ce pack. À chaque fois qu’une jammeuse dépasse une adversaire, son équipe marque un point.

Les matchs de roller derby se déroulent en deux mi-temps de 30 minutes, chaque mi-temps étant rythmé par les « jams ». Un jam, est une période de deux mi-temps pendant lesquelles les jammeuses tentent d’effectuer autant de dépassement que possible. À la fin du jam, trente secondes sont accordées pour effectuer des changements, avant d’entamer un autre jam et ainsi de suite. Pour mettre en pratique, voici une vidéo d’un match (à partir de 4 :50):



Un sport, une culture, un développement
Comme tout sport de contact, le roller derby a certaines règles. Les coups de coude y sont interdits comme, les crocs-en-jambe, les coups à la tête, l’usage des mains. Les joueuses sont protégées, ont une condition physique ainsi qu’une maîtrise technique des patins. En parallèle de ce cadre, le roller derby a son folklore: les joueuses ont un surnom, customisent leur équipement, se maquillent, dans une ambiance mêlant punk et pin-up.

Le roller derby a de fait un important bagage culturel hérité des mouvements punks et féministes. Affublées de leurs surnoms, les filles s’affrontent sur la piste, sortant de leur quotidien, se relevant malgré les bleus, suivant un esprit de girl-power. Le roller derby a aussi un aspect libérateur et émancipateur pour les pratiquantes, comme c’est le cas en Egypte. Le roller derby joui d’une grande ouverture, accessible à tous les gabarits, orientations sexuelles et confessions.

Le « Do It Yourself », culture de la débrouille est également part prenante de la discipline. Faute de moyens, les joueuses sont généralement partie prenante de l’organisation de leur ligue, en aidant à l’organisation des matchs, l’obtention de sponsors, l’administratif, ou l’équipement. En tant que sport émergent une forte solidarité s’est développée : les équipes s’entraident afin de faire vivre le sport, faute parfois d’une reconnaissance par les fédérations sportives.

Bien que majoritairement féminin, certaines ligues masculines se sont également formées. Le championnat du monde masculin démarre d’ailleurs le 14 juillet prochain à Calgary. Pour les femmes, les compétitions internationales existent depuis 2011, la prochaine édition étant prévu pour 2017. En 2010, le roller derby est reconnu comme sport par la Fédération Internationale de roller sport, avant que d’autres fédérations n’emboîtent le pas. Les compétitions commencent aussi à être retransmises notamment par ESPN 3.

En pleine expansion, le roller derby est un sport certes physique non dénué de tactique proposant aux pratiquant(e)s un défi sportif intéressant et libérateur, qui pourrait peut-être nourrir de futurs projets de développement se basant sur le sport.
 

About

Article type

News

Author

Victor Béquignon

Published

Tuesday, June 28, 2016 - 23:00

Author