You are here

Une semaine d’action pour changer de narratif

Copyrights: sportanddev

Une semaine d’action pour changer de narratif

La semaine d'action organisée par sportanddev et le HCR a inspiré les échanges et l’action quant à la manière dont le sport peut mieux soutenir les femmes et les filles déplacées.

À la fin de l'année 2020, plus de 82 millions de personnes ont été déplacées de force dans le monde, selon le HCR, l'agence des Nations unies pour les réfugiés. La pandémie de COVID-19 n'a fait qu'exacerber cette crise, touchant de manière disproportionnée les femmes et les filles.

Au cours des dernières décennies, des organisations ont commencé à utiliser le sport et le jeu pour protéger et promouvoir les droits des réfugiés et des personnes déplacées, en encourageant l'inclusion et la cohésion sociale, ainsi que le bien-être psychosocial. S'ils sont bien conçus, mis en œuvre et mesurés, les programmes basés sur le sport peuvent également contribuer à l'équité entre les sexes.

Cependant, les femmes et les filles déplacées continuent d'être marginalisées en termes d'accès et d'opportunités dans le sport. Afin de mettre en lumière les problèmes auxquels elles sont confrontées et de plaider pour une utilisation du sport à leur profit, sportanddev et le HCR ont lancé une semaine d'action, du 8 au 12 novembre 2021.

Webinaire : changer la donne

Dans le cadre de cette semaine d'action, nous avons organisé le 10 novembre un webinaire réunissant des décideurs politiques, des praticiens, des universitaires et des athlètes réfugiés, afin de comprendre comment le sport peut répondre aux besoins spécifiques des femmes et des filles déplacées.

Plus de 170 personnes en provenance du monde entier ont participé à ce webinaire. Le discours d'ouverture a été prononcé par Bernadette Castel-Hollingsworth, Directrice adjointe du département de la protection internationale au HCR, qui a souligné le potentiel du sport en faveur de la protection et du développement des jeunes déplacés, et mentionné le travail effectué par le HCR à cet effet.

Rose Lokonyen, athlète réfugiée et deux fois olympienne ; la Dr. Soolmaz Abooali, réfugiée, universitaire, athlète (14 fois championne de karaté traditionnel) et militante ainsi que Khalida Popal, ancienne capitaine et fondatrice de la toute première équipe nationale féminine afghane de football, militante et fondatrice-directrice de Girl Power, ont participé au webinaire. Ces conférencières inspirantes ont présenté leurs points de vue uniques en tant que réfugiées, athlètes et praticiennes sur la manière dont le sport peut mieux servir les femmes et les filles déplacées.

Rose Lokonyen a raconté comment elle a fui son Soudan du Sud natal à pied quand elle avait 10 ans, sa vie au camp de réfugiés de Kakuma, son expérience à l’Académie de formation de la Fondation Tegla Loroupe pour la Paix et son ascension vers le statut d’athlète olympique et de porte-drapeau de la toute première équipe olympique de réfugiés, qui a fait ses débuts à Rio en 2016.

« Les femmes et les filles doivent être soutenues et encouragées, car elles peuvent être les leaders de demain. Un jour, elles pourront retourner dans leur pays et le reconstruire. Être réfugié n'est qu'un statut. [...] À tous les réfugiés du monde entier, vous ne devez jamais renoncer à la vie. Surtout les femmes et les filles. Vous devez faire du sport, vous devez aller à l'école, vous devez changer le narratif. Soyons forts et soyons les leaders de demain. » - Rose Lokonyen.

Khalida Popal a souligné la manière dont le sport l'a aidée, non seulement sur le plan personnel en renforçant son estime de soi et sa confiance, mais aussi en lui procurant une communauté, tant dans son pays d'origine, l'Afghanistan que dans son pays d'accueil, le Danemark. Le sport l'a également aidée à mobiliser les ressources et les relations nécessaires pour secourir ses coéquipières afghanes lors de la crise en Afghanistan au début de l'année.

« Le sport m'a aidée à redonner à ma communauté lorsque je suis retournée en Afghanistan, où les femmes étaient privées de leurs droits humains fondamentaux, dont le sport. Le sport m'a aidée à sauver les femmes de mon pays, il m'a donné une voix et une communauté pour aider mes sœurs en Afghanistan. » - Khalida Popal.

Elle a toutefois fait remarquer que le discours constant selon lequel les femmes et les filles réfugiées sont impuissantes et victimes devrait être modifié. Elle a déclaré qu'elles devraient être considérées comme des agents actifs de leur vie, capables de diriger les programmes auxquels elles participent.

Enfin, la Dr. Soolmaz Abooali a parlé de la nécessité de combler le fossé entre le monde universitaire et la pratique. Elle a signalé que : « Nous devons vraiment reconnaître que la pratique informe la théorie. La théorie ne peut que nous guider vers ce que nous pouvons nous attendre à trouver dans la pratique. Une fois que nous sommes en mesure d'engager un groupe plus large de personnes impliquées dans une problématique, c'est une façon d'inclure différentes perspectives mais aussi de trouver les lacunes dans les informations. »

Le webinaire était animé par Marisa Schlenker, Yunus Sports Hub, et Ummul Choudhury, Frontline Aid.

Questions-réponses sur Twitter

Afin de poursuivre les échanges entamés lors du webinaire, nous avons organisé une séance de questions-réponses sur Twitter, avec Rose Lokonyen et Katerina Salta, Responsable du sport pour la protection au Centre international pour la trêve olympique et fondatrice du Hestia FC en Grèce.

La session de questions-réponses a suscité plus d'un millier d'impressions et donné lieu à une discussion animée sur les problèmes rencontrés par les femmes et les filles déplacées pour accéder au sport, les moyens de surmonter ces obstacles, le potentiel impact du sport sur les femmes et les filles déplacées, le rôle des grands événements sportifs pour mettre en lumière les droits des réfugiés et la manière dont les organisations sportives peuvent mieux soutenir les femmes et les filles déplacées. Rose et Katerina ont parlé de leurs diverses expériences, en reliant ces questions plus larges à leurs parcours personnels. Le public a participé activement à ce débat, en posant ses propres réponses et questions.

Appel à articles

Enfin, dans le cadre de la semaine d'action, nous avons demandé aux membres de la communauté sportanddev de partager leurs idées et leurs approches pratiques quant à la manière dont ils utilisent le sport pour soutenir les femmes et les filles déplacées.

Nous invitons l’ensemble de la communauté à soumettre des articles et encourageons particulièrement les organisations et les personnes des pays du Sud (y compris les réfugiés et/ou les acteurs dirigés par des réfugiés) à nous envoyer leurs contributions. 85 % des réfugiés dans le monde sont accueillis par les pays du Sud et nous aimerions connaître votre point de vue.

La date limite pour soumettre les articles est fixée au 21 novembre. 

Merci à toutes celles et ceux qui ont participé à notre semaine d'action. Nous espérons poursuivre cette importante discussion sur le soutien aux réfugiés par le sport.

sportanddev a publié ce contenu dans le cadre de son partenariat avec le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés. Pour en savoir plus sur l'utilisation du sport dans le travail avec les réfugiés, veuillez consulter le site du HCR.

About

Article type

News

Published

Wednesday, November 17, 2021 - 19:10