You are here

Utiliser le rugby pour promouvoir l’égalité des genres

rugby_1.jpg

Utiliser le rugby pour promouvoir l’égalité des genres

La Coupe du monde féminine de rugby étant sur le point de prendre fin, sportanddev a rencontré Richard Bennett, fondateur de la Bhubesi Pride Foundation, qui parle de la valeur de l’utilisation du rugby auprès des filles dans le but de promouvoir le développement en Afrique subsaharienne.

sportanddev : Pourquoi le rugby est-il un bon sport pour promouvoir l’égalité des genres et valoriser les femmes ?
Richard Bennett : Le rugby est l’un de ces uniques sports qui, dans sa forme de base, peut atteindre les foules. C’est un sport amusant, rapide, qui développe une bonne coordination, qui promeut un excellent travail d’équipe et crée des leaders. Lors de nos sessions, nous nous assurons d’entraîner 50% de garçons et 50% de filles.

Le « touch rugby » et le « tag rugby » partagent tout deux des atouts essentiels, tels que choisir la bonne position du corps pour effectuer un « touch » , un « tag » ou tackler, se déplacer dans l’espace et faire une passe-essai au bon moment ! Les garçons peuvent jouer avec les filles et tu peux facilement mélanger les groupes d’âge, puisqu’il est possible de minimiser l’aspect physique du jeu – fondamentalement, cela devient un jeu très attractif pour tous.

Parfois, si nous sommes en train de jouer avec des équipes mixtes, nous donnerons une valeur plus élevée au score (ou « essai ») d’une fille qu’à celui d’un garçon ; de cette manière, les joueurs sont encouragés à se dépasser et à travailler ensemble s’ils veulent faire partie de l’équipe gagnante.

Nous croyons également fermement que quand nous valorisons les enseignants et les responsables des communautés, il est crucial de travailler avec autant de femmes que d’hommes. De cette façon, le jeu grandira au sein des filles autant qu’au sein des garçons. D’une manière similaire, si les filles voient leur professeure promouvoir le rugby, elles seront inspirée à apprendre, à jouer et même à coacher elles-mêmes.

sportanddev : Comment est-ce que Bhubesi Pride utilise le rugby pour faire cela?
R.B. : Bhubesi Pride s’en tient au rugby. Beaucoup de gens se sont approchés de moi pour me demander de commencer des programmes de netball. Bien que j’adorerais, nous savons que notre spécialité est le rugby et nous avons vu de vrais progrès ces dernières années. Chaque année, nous coachons plus de 3’000 enfants – presque 50% sont des filles et elles aiment ça autant que les garçons. Et les coachs féminines que nous entraînons entretiennent aussi la flamme du rugby !

sportanddev : Y a-t-il des challenges lors de l'utilisation  d'un sport qui est traditionnellement perçu comme « masculin » ?
R.B. : En 2011, juste avant de débuter ma première session d’entraînement de rugby, j’ai demandé à la responsable, Idda, de préparer les élèves et de les amener dehors, sur le terrain, où je les rencontrerais. Quand je me suis approché de la surface de jeu, les balles dans une main, les cônes dans l’autre, un large groupe composé uniquement de garçons est venu à ma rencontre ! Je me suis retourné vers Idda et j’ai dit : « Où sont les filles ? Cela devrait être 50/50 ! ». Choquée, elle a rapidement arranger les choses et je pense que nous avons brisé quelques barrières culturelles ce jour-là. Depuis lors, nous n’avons jamais revécu une telle situation et nous avons vu un excellent développement du jeu à Dar.

sportanddev : Y a-t-il des challenges lors de l'utilisation du rugby dans des pays qui ne sont traditionnellement pas des nations jouant à ce sport ?
R.B. : Ils y en avaient au début. Nous avons même été critiqués de ne pas avoir amener le football. Plus de football en Afrique ? La vérité est que les enfants africains sont fait pour le rugby. Que tu sois dans un township sud-africain, en train de travailler avec les enfants des rues en Tanzanie ou dans une école gouvernmentale au Kenya, garçons et filles montrent un talent souvent épatant. Souvent, nous n’avons seulement que quelques jours pour entraîner les enfants, mais quand le jour du tournoi arrive, ils se « donnent » vraiment et beaucoup pourraient probablement concurrencer nos entraîneurs ! C’est incroyablement inspirant, et cela nous motive à continuer à travailler sur le développement et l’amélioration de nos programmes.

Richard Bennett est le fondateur de Bhubesi Pride Foundation. L’association fonctionne sur un processus régulier de recrutement et est actuellement à la recherche de volontaires pour rejoindre l’expédition 2015, pour laquelle il est possible de faire partie de l’équipe qui amènera le rugby dans dix pays africains, choisissant une durée allant de 1 à 5 mois.

Vous pouvez vous inscire ici et regarder leur dernière vidéo sur la page de leur projet 2014 ici (liens en anglais).

[Cet article a été édité et traduit par l’Equipe Opérationnelle sur la base d’un article paru sur sportanddev le 30 juillet 2014.]
 

About

Article type

News

Author

Paul Hunt

Published

Thursday, August 14, 2014 - 23:00

Author