You are here

Vu de Belgique : la « Loi sur les Américains avec handicap » et les sports adaptés

Copyrights: US Department of State

Vu de Belgique : la « Loi sur les Américains avec handicap » et les sports adaptés

Cet article s’inscrit dans une série célébrant le trentième anniversaire de la « Loi sur les Américains avec handicap » (Americans with Disabilities Act – ADA) et explore la manière dont la Division de la diplomatie sportive du Département d'État américain promeut l'ADA par le biais de programmes d'échange basés sur le sport.

En février 2020, Mme Amal Amjahid, Coordinatrice de projet et formatrice à la CENS Academy, a participé à un échange de « visiteurs sportifs » axé sur la promotion des arts martiaux adaptés et l'autonomisation des jeunes à risque qui s'est déroulé à San Diego en Californie et à Orlando en Floride.

Les « visiteurs sportifs » sont de jeunes athlètes, entraîneurs et gestionnaires non issus des élites, qui se rendent aux États-Unis pour un échange culturel sportif de courte durée sur un rythme soutenu. Pendant le programme, ils nouent des liens avec leurs pairs américains et des praticiens du sport, participent à des séances sur le leadership, la formation d'équipes et la résolution des conflits, ainsi que sur l'inclusion et l'équité dans le sport. Le programme Sports Visitor est mis en œuvre dans le cadre d'un accord de coopération entre la Division de la diplomatie sportive et Family Health International (FHI 360). 

Découvrez le point de vue de Mme Amjahid sur les sports adaptés, la « Loi sur les Américains avec handicap » ainsi qu’un condensé de son expérience aux Etats-Unis à travers cet entretien.

Quel est actuellement votre rôle et pouvez-vous décrire votre expérience professionnelle en matière de sport adapté ?  

Actuellement, je coordonne les activités de para-jiu-jitsu et je gère les relations entre les enfants, les entraîneurs et les parents afin de répondre au mieux à leurs besoins.

Quels sont les défis que vous devez affronter au sein de votre communauté, organisation et pays afin de concevoir des opportunités sportives pour les personnes en situation de handicap ? Comment les surmontez-vous ?  

En 2004, notre association a commencé à accueillir des enfants en situation de handicap qui se voyaient refuser l’accès dans la plupart des clubs de sport auxquels ils se rendaient. Dans un objectif de lutte contre l’exclusion sociale, nous avons pris la décision de les intégrer dans nos cours de Jiu-Jitsu, aux côtés d’enfants valides. Nous avons pu sensibiliser les enfants valides et leurs parents quant aux difficultés qu’ils rencontraient et nous avons pu obtenir leur approbation et leur collaboration. Nous n’avons pas réussi à intégrer toutes les formes de handicap dans la pratique du Jiu-Jitsu comme ce fut le cas, à l’époque, avec des enfants en situation de handicap lourd, atteints de tétraplégie ou de quadriplégie. Les installations, l’espace, la sécurité ou le type de handicap représentaient des freins qui ne permettaient pas une bonne pratique du Jiu-Jitsu dans les meilleures conditions. C’est pourquoi nous avons mis en place pour ces personnes une activité de Foot Fauteuil en chaise roulante électrique, ce qui nous a permis de leur offrir une pratique sportive adaptée à leurs difficultés tout en leur permettant de vivre et de ressentir les sensations que procure le sport. Nous avons également invité des personnes valides à se joindre à eux pour partager cette activité sportive.

Qu'avez-vous fait pendant votre séjour aux États-Unis dans le cadre du programme Sports Visitor et qu'avez-vous appris sur les États-Unis en ce qui concerne les sports adaptés ?

Nous avons pu visiter de nombreuses associations et rencontrer de nombreux interlocuteurs engagés dans la cause pour l’inclusion par le sport. Nous avons rencontré de belles personnes comme Elaine Cooluris, Directrice Exécutive ADA à San Diego, qui a participé à la conception du premier projet de loi d’inclusion sociale visant à lutter contre la discrimination des personnes en situation de handicap et à les faire embaucher au sein des entreprises américaines, ce qui représente à mes yeux une avancée extraordinaire à l’échelle nationale et internationale, car elle a su inspirer et propulser cette cause dans de nombreux autres pays.

Les rencontres avec nos différents interlocuteurs de terrain ont tous été d’une extrême richesse, tant ils dégageaient un engagement et un dévouement hors du commun pour leur projet d’inclusion par le sport en faveur des communautés marginalisées.

Ils nous ont nourris, enrichis et inspirés tout au long de notre séjour aux États-Unis.

Qu'avez-vous appris au sujet de la « Loi sur les Américains avec handicap » ?

Cette loi a eu d’incroyables retombées positives sur de nombreux américains et j’ai pu en constater les effets émancipateurs et d’autonomisation par le sport. Cela m’a permis d'approfondir mes connaissances quant aux difficultés rencontrées par les personnes en situation de handicap, mais surtout à propos de la manière dont le sport, et plus particulièrement les arts martiaux, ont été salutaires et inclusifs pour beaucoup d’entre eux dans leur autonomisation, en leur permettant de prendre part à la société. Je suis fascinée par la manière dont les handicaps sont contournés pour leur permettre de prendre part et de faire partie de cette grande communauté que représente le sport, en oubliant leur handicap lors de leur pratique sportive, car ils ne sont plus vus en tant que tel, mais uniquement en tant que sportif.

Comment avez-vous intégré l'expérience du Programme des visiteurs sportifs dans votre vie professionnelle ?

Nous souhaitons actuellement reproduire et multiplier des modèles d’inclusion qui ont fait leurs preuves aux États-Unis, comme le fait que des athlètes handicapés deviennent instructeurs et enseignent ces mêmes disciplines à des personnes valides et invalides, ce qui leur permet de transcender leur handicap. Nous travaillons actuellement à la conception d’une formation qualifiante d’entraîneur en Jiu-Jitsu adapté afin de multiplier le nombre de clubs pouvant accueillir ce public et ainsi élargir l’offre sur un plus grand nombre de territoires.

About

Article type

News

Author

Mme Amal Amjahid

Published

Tuesday, August 25, 2020 - 10:26