You are here

Vu d'Europe : enjeux et opportunités pour les femmes et le sport

Paola Ottonello
Copyrights: Paola Ottonello

Vu d'Europe : enjeux et opportunités pour les femmes et le sport

Paola Ottonello, de la Commission européenne, s’est entretenue avec sportanddev au sujet de l’importance croissante accordée à la protection et à l’égalité des sexes dans le sport européen.

Paola Ottonello est Policy Officer à la Commission européenne, mais elle ne s’attendait pas à faire carrière dans le sport. « J’ai commencé ma carrière dans la communication, mais en 2013, j’ai travaillé sur une conférence de haut niveau à Vilnius sur les femmes et le sport, ce qui a conduit la Commission à lancer la publication "Proposals for Strategic Action on Gender Equality in Sport" », explique-t-elle.

Depuis, elle a travaillé à promouvoir le sport et la manière dont il peut être utilisé pour le bien de tous. « Le sport a été pour moi une révélation. Qu’il s’agisse d’égalité des sexes, d’inclusion sociale, de santé, c’est vraiment incroyable de constater à quel point le sport peut être puissant. »

L’un des principaux rôles de la Commission dans le sport consiste à promouvoir la participation féminine. Les taux d’abandon sont élevés, en particulier quand les filles deviennent adolescentes, alors identifier ce qui poussent les femmes et les filles à participer est très important.

Mais ce n’est pas la seule priorité de la Commission, comme l’explique Paola Ottonello : « Nous mettons aussi l’accent sur la promotion de modèles positifs. Nous avons besoin de normaliser les athlètes féminines, y compris les joueuses de football, par exemple. Nous voulons démontrer que les filles ne sont pas limitées à des pratiques comme la danse ou la gymnastique ».

« Mais nous voulons aussi aider à promouvoir des professions comme l’encadrement et le leadership au sein des organisations sportives, pour cultiver ces talents chez les femmes dès leur plus jeune âge, afin qu’elles puissent exercer des professions dans ce qui a longtemps été un domaine à prédominance masculine. »

A propos de ce qui a le plus changé depuis qu’elle a commencé à travailler dans le sport, elle est prompte à citer l’importance croissante de la protection et la violence sexiste. « Quand je suis arrivée à la Commission, c’était un sujet très tabou dans certains pays et certains sports. Il y avait un sentiment général qui considérait que soit, cela n’arrivait pas, soit, ce n’était pas quelque chose qu’il fallait gérer ».

 « A la Commission, nous nous concentrons sur la manière de protéger les victimes et les encourager à s’exprimer, mais pour l’instant, l’accent est davantage mis sur la recherche de ce qui permet d’éviter la violence en premier lieu. Après tous les scandales qui ont éclaté au grand jour, il y a eu de réels progrès en termes de mise en place de structures pour protéger les athlètes et les enfants, et une volonté générale d’aborder le sujet. »

Il est important d’accepter que oui, le sport est formidable et c’est très positif, mais il reste des questions qu’il faut traiter. Protéger les enfants dans le sport et promouvoir un environnement positif est maintenant un de nos principaux domaines d’action. 

« Peu de gens savent qu’Erasmus + finance aussi le sport, et au fil des années, il y a eu quelques projets vraiment inspirants sur des thèmes comme les questions de l’égalité de genre ou le dépassement des biais inconscients. Un de ces projets que j’ai particulièrement apprécié était le projet appelé "Voices for Truth and Dignity" qui luttait contre la violence sexuelle dans le sport européen. »

« De nombreux survivants ne parlent qu’après des années et des décennies, alors l’idée consistait à leur donner une voix à écouter qui pourrait les aider, et d’identifier les structures et les personnes qui doivent être mises en place pour prévenir la violence avant qu’elle n'advienne. C’était un projet puissant. »

Quand on lui demande s’il y a encore des obstacles à surmonter quant au genre et au sport, Paola Ottonello rit « Beaucoup ! Car même si nous continuons à travailler sur ce sujet et à en discuter, les chiffres sont toujours mauvais ».

« Je pense que la Coupe du monde féminine l’été dernier a entrainé une prise de conscience chez de nombreuses personnes qui ont réalisé que si on fournit l’effort, les gens vont y aller et regarder le sport féminin, et cela entraîne aussi une augmentation de la participation chez les femmes et les filles. »

« Quand vous regardez le leadership et les autres positions professionnelles, il y a parfois quelques femmes symboliques, mais ne travaillant réellement sur aucune substance dure, et c’est vraiment frustrant. Heureusement, à la Commission, la représentation des sexes dans mon équipe est équilibrée, et beaucoup de politiques sont mises en place afin d’encourager les femmes à prendre des postes managériaux. »

« Ailleurs, les choses s’améliorent, mais très, très lentement. Il est important de travailler sur les questions comme les biais inconscients : en regardant comment les postes vacants sont annoncés, et la formulation utilisée, pour voir si les femmes ont été dissuadées de postuler à certains postes, par exemple. »

C’est aussi très important que les hommes s’engagent sur le terrain de l’égalité des sexes. Souvent, quand vous avez une conférence sur l’égalité de genre dans le sport, 90 % de l’assistance sont des femmes. Nous devons normaliser cette question.

Mais elle reste optimiste quant à l’avenir du genre à la Commission : « Cela attire de plus en plus l’attention. Nous avons maintenant une nouvelle Commission et un nouveau commissaire, et l’égalité des sexes est l’une des principales priorités. La non-discrimination et l’égalité de genre ont toujours représenté un principe général fondamental, mais maintenant, il faut s’efforcer d'en faire quelque chose de concret ». 

 « Nous n’en sommes qu’au début, mais j’ai bon espoir de voir où cela nous mènera. »

Paola Ottonello est Policy Officer sur le genre et l’intégrité dans le sport à la Direction générale de l'éducation, de la jeunesse, du sport et de la culture de la Commission européenne.

[Cet article a été traduit par l'Équipe Opérationnelle sur la base d'un article paru sur sportanddev le 05/03/2020.]

About

Article type

News

Published

Monday, March 9, 2020 - 11:57