Accueil
La Confédération internationale des Unions sportives francophones est née
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/la-conf%C3%A9d%C3%A9ration-internationale-des-unions-sportives-francophones-est-n%C3%A9e
Partager
 
The URL has been copied
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/la-conf%C3%A9d%C3%A9ration-internationale-des-unions-sportives-francophones-est-n%C3%A9e
Partager
 
The URL has been copied
Ali Kanate et les autres membres de la Confédération internationale des Unions sportives francophones
C'est un grand jour pour le monde sportif francophone. Pour développer la pratique pratique sportive dans le monde francophone, une nouvelle entité de coopération voit le jour.

A Espalion (France), près de 40 représentants de nombreuses institutions majeures issues du mouvement sportif, de la coopération internationale et de la Francophonie sportive ont pris part au premier séminaire international des dirigeants d'Unions Sportives Francophones les 28 et 29 novembre dernier. A l'issue de ces rencontres la Confédération internationale des Unions sportives francophone est née. Entretien avec Ali Kanaté, le premier président. 

Quelle est la mission de la Confédération internationale des Unions sportives francophones ?

La mission c’est tout d’abord développer le sport dans l’espace francophone et de défendre des différentes unions sportives francophones. Ce qu’il faut savoir, c’est que dans chaque discipline, il y a une confédération francophone. Par exemple, pour le tennis de table c’est la Francophonie pongiste internationale, il y a la francophonie d’escrime, l’union francophone de lutte, etc. Cette confédération réunit toutes les confédérations francophones. On est parti du constat que chacun agissait de son côté et que 2024 est une année importante parce qu’on a les Jeux et le sommet de la francophonie. C’est vraiment l’année du sport et de la francophonie. On veut désormais agir tous ensemble.

Quelles seront vos premières actions ?

Ce sera de mettre en place une formation. Elle aura lieu le 6 février pour les différents dirigeants autour de l’organisation de compétitions car dans les années qui arrivent il y a pas mal de pays francophones qui vont héberger des compétitions internationales. Et ensuite de postuler à un appel à projet qui se nomme « sport et coopération décentralisée » en lien avec la Mairie d’Espalion et l’association internationale des maires francophones.

Quels sont les autres axes de coopération ?

On va coopérer un peut sur tout. Chaque discipline a ses spécificités et ses difficultés. Le constat que l’on fait c’est que souvent il y a un manque de moyens, les unions sont limitées dans leur périmètre d’action. Elles ont moins de poids à l’internationale. Ce qu’on souhaite c’est d’essayer de développer un modèle économique, ensemble, on pourra mieux négocier avec les instances liées à la Francophonie et notamment avec l’Organisation Internationale de la Francophonie, avec le Ministère des sport, avec le Comité Nationale Olympique et sportif français. On espère pouvoir obtenir plus de subventions. Et il y a vraiment un axe sur la formation pour renforcer la capacité de nos dirigeants et des différentes unions francophones. Et enfin, constituer une sorte de plateforme politique pour inciter les francophones à briguer des postes dans les instances internationales. Notre rôle sera de mettre en place des stratégies, de faire de la diplomatie et de conseiller les personnes qui souhaitent prendre des postes à l’international. C’est une forme de lobbying.

A la création, combien d’entités ont rejoint cet organe ?

16 confédérations. Et depuis la création, on a déjà deux disciplines qui souhaitent l’intégrer. On accepte comme membre des disciplines olympiques et non olympiques. Nos membres sont les unions sportives francophones. L’union francophone de football, l’union francophone d’escrime peut adhérer, mais pas les fédérations nationales qui elles sont rattachées à l’union francophone de leur discipline.

Quelles relations avez-vous avec les organismes déjà existants comme l'Organisation internationale de la Francophonie ?

On a des liens avec l’organisation politique de l’OIF mais aussi avec le CIJF (Comité international des Jeux de la Francophonie) avec qui nous envisageons de mettre en place une compétition jeunes de 15 à 18 ans. Car le constat que l’on fait aussi c’est qu’il y a très peu de compétitions jeunes dans l’espace francophone. Et souvent, les francophones, quand ils arrivent en sénior sur les compétitions, ils sont beaucoup moins aguerris que les anglophones. L’idée c’est de mettre en place des compétitions jeunes qui pourraient constituer une passerelle vers les Jeux de la Francophonie ou les Jeux Olympiques.

Auteurs

Consultante Francophone
sportanddev

Étiquettes

Pays
Tous les pays
Région
Afrique
Sport
Tous les sports
Objectifs de développement durable
17 - Partenariat pour les objectifs
Groupe ciblé
Tous les groupes cibles

Articles associés

couverture Economie du sport en Afrique

Lecture : Economie du sport en Afrique

sportanddev
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/lecture-economie-du-sport-en-afrique
 
The URL has been copied
basketball players smile

Préparation à la collecte de fonds : le chaînon manquant

Rahul Bissoonauth
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/pr%C3%A9paration-%C3%A0-la-collecte-de-fonds%C2%A0-le-cha%C3%AEnon-manquant
 
The URL has been copied
pro sport development banner

Parcours d'apprentissage de 10 ans de Pro Sport Development

Suheil F. Tandon
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/parcours-dapprentissage-de-10-ans-de-pro-sport-development
 
The URL has been copied
a conference meeting

Bâtir des communautés grâce aux sports participatifs pour le développement

Kumben Aier
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/b%C3%A2tir-des-communaut%C3%A9s-gr%C3%A2ce-aux-sports-participatifs-pour-le
 
The URL has been copied