Accueil
Réaffirmer l'importance des organisations locales et dirigées par des réfugiés pour le sport et le développement dans un monde post-COVID19
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/r%C3%A9affirmer-limportance-des-organisations-locales-et-dirig%C3%A9es-par-des
Partager
 
The URL has been copied
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/r%C3%A9affirmer-limportance-des-organisations-locales-et-dirig%C3%A9es-par-des
Partager
 
The URL has been copied
a footballer kicks a ball hard
Un appel pour que le sport et le développement commencent et se terminent par ceux ciblés par les programmes et initiatives.

La COVID-19 a eu un impact sur le monde du sport de multiples manières, notamment en faisant obstacle aux programmes et initiatives de sport pour le développement (SFD) dans de nombreuses communautés. Alors que le domaine du SFD est déjà confronté à des défis de concurrence entre donateurs, de financement limité et de problèmes de durabilité, le COVID-19 aura des effets drastiques et durables sur la survie du SFD, d'autant plus que la distance physique influencera les interactions sociales et communautaires pendant des mois ou des années. venir. Et pourtant, la COVID-19 pourrait en réalité offrir l’occasion de reconsidérer le sport et le développement , notamment en ce qui concerne le rôle important des organisations de développement local auprès des populations marginalisées avant, pendant et après la pandémie.

Les effets de grande ampleur de la COVID-19 ont touché les groupes marginalisés et perpétué les inégalités pour les individus, notamment les sans-abri, ceux qui vivent dans les quartiers à faible revenu et – en particulier dans les pays du Sud – les communautés de réfugiés . Les communautés de réfugiés et les personnes déplacées sont depuis longtemps au centre de diverses initiatives sportives et de développement , par exemple pour promouvoir la résolution des conflits entre différentes tribus ethniques. L'organisme Young African Refugees for Integral Development ( YARID ), situé à Kampala, en Ouganda, adopte le sport dans le but de rassembler des réfugiés congolais, rwandais et burundais avec des ressortissants ougandais, et cherche également à réduire la consommation de drogues et l'alcoolisme des jeunes par le sport. Le sport est également utilisé pour favoriser la compréhension culturelle, la diversité et l’intégration des réfugiés.

Alors que la COVID-19 a perpétué de nombreux défis pour les réfugiés, dont le moindre n’est pas la migration future potentielle, les communautés de réfugiés en Ouganda – qui sont très unies sur le plan social et physique – sont confrontées à des problèmes d’accès aux produits de base , notamment à la nourriture, aux produits d’hygiène et aux produits d’hygiène. revenu. Toutefois, les organisations de réfugiés jouent un rôle clé dans la lutte contre le coronavirus. YARID a répondu à la pandémie de coronavirus en offrant aux communautés de réfugiés urbains du savon, de l'eau, de la nourriture et d'autres produits de première nécessité grâce à un financement en ligne innovant, notamment des pages GoFundMe qui soutiennent la satisfaction des besoins de base pilotés localement. L'importance de YARID – et d'autres organisations dirigées par des réfugiés et intimement immergées dans les communautés – montre l'importance des organisations locales non seulement pour les efforts de secours contre le COVID-19, mais aussi, à l'avenir, pour l'implication continue des organisations et des communautés locales dans le sport et le développement. .

En particulier, c'est l'occasion pour le SFD de réaffirmer et de réorienter ses approches du développement en mettant spécifiquement l'accent et en recherchant des organisations, des groupes et des communautés qui ont des liens locaux avec les communautés que le SFD cible souvent, en particulier celles sous-représentées. En d’autres termes, il s’agit d’une opportunité pour le sport et le développement de redémarrer de bas en haut plutôt que de haut en bas. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une suggestion nouvelle en soi, l’impact potentiel de la COVID-19 sur le paysage sportif pourrait, comme d’autres l’ont suggéré, élargir l’écart entre le sport d’élite et le sport destiné aux communautés marginalisées, dans la mesure où le financement et les ressources pourraient être davantage orientés vers la revitalisation. de sport d’élite plutôt que de programmes et d’initiatives sportives proposant du sport à des populations plus larges (et souvent marginalisées).

C’est là que l’avenir du sport et du développement pourrait – et devrait – continuer à changer. Les organisations internationales, les entreprises et les gouvernements offrent un soutien significatif et important aux organisations locales et aux réfugiés. Cependant, en ce qui concerne le développement des communautés de réfugiés et le FSD en relation, le rôle des organisations locales dirigées par les réfugiés dans la quête de réponse aux luttes des réfugiés a parfois été limité.

Par conséquent, l’avenir du sport et du développement doit reconsidérer la manière dont le financement, et ses modalités, est offert aux organisations et communautés locales. Plus précisément, l’accent mis sur l’inclusion et l’autonomie que devraient avoir les organisations locales à l’avenir – un avenir post-COVID-19 – devrait être mis en avant par des organisations opérant en étroite collaboration avec les groupes et les individus pour lesquels le SFD prétend être prometteur, en particulier lorsqu’il s’agit des communautés de réfugiés. Ces organisations et groupes devraient être à l’avant-garde pour imaginer comment le SFD est piloté, comment les financements et les ressources des donateurs sont utilisés et, peut-être plus important encore, comment le sport est mis en œuvre. Cela englobe la capacité des organisations et des communautés locales à déterminer le type de sport et la manière dont il est mis en œuvre au sein du SFD, y compris la minimisation potentielle des éléments élitistes du sport tels que la compétition, la séparation et l'individualisme.

Ceci est de la plus haute importance car le COVID-19 a éloigné (au moins au sens physique) les gens les uns des autres. Le sport et le développement devraient donc chercher à mettre en œuvre le sport de manière à rapprocher les gens, grâce à la compréhension et à la diversité culturelles, en particulier pour les diverses communautés et groupes de réfugiés.

Dans l'ensemble, il s'agit d'un appel pour que le sport et le développement – qui ont continué à privilégier l'importance de l'implication de la communauté locale – commencent et se terminent par ceux qui sont ciblés par les programmes et les initiatives, qui ont une compréhension approfondie des problèmes communautaires et cherchent à travailler avec ceux-là. qui ont été à la fois fortement touchés par le COVID-19 et qui contribuent aux efforts de secours – ou, en d’autres termes, ceux qui sont souvent les plus proches des bénéficiaires proposés du SFD.

Mitchell McSweeney est doctorant à l'Université York à Toronto, au Canada, dont les recherches portent sur le sport et l'activité physique, le développement international, l'entrepreneuriat et les communautés de réfugiés. Il a travaillé avec diverses organisations de sport pour le développement en Ouganda, en Eswatini, au Canada et en Inde.

Patrick Simpenzwe Hakiza est le coordinateur du sport pour le développement et du football pour la paix au YARID à Kampala, en Ouganda. C'est un journaliste congolais réfugié résidant en Ouganda, né dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) et issu de la génération qui a été touchée par l'instabilité continue de la RDC.

Robert Hakiza est un réfugié congolais vivant en Ouganda depuis 2008 et est le co-fondateur et directeur exécutif de YARID à Kampala, en Ouganda, avec une vaste expérience en tant que défenseur des réfugiés urbains. Il est titulaire d'un diplôme en agriculture de l'Université catholique de Bukavu (RDC) et d'un certificat en migration forcée de l'École d'été internationale sur la migration forcée de l'Université d'Oxford. Robert est également membre fondateur du Refugee-Led Organizations Network en Ouganda, membre fondateur et membre du comité directeur du Global Refugee Network représentant la section Afrique subsaharienne, TED Fellow 2017, Aspen Institutes Fellow 2017 et Obama Emerging African leader. 2019.

Étiquettes

Pays
Ouganda
Congo-Kinshasa
Rwanda
Burundi
Région
Afrique
Sport
Tous les sports
Objectifs de développement durable
10 – Inégalités réduites
Groupe ciblé
Personnes déplacées

Articles associés

bader football gaza

Comme tout à Gaza, la guerre détruit le football dans un avenir prévisible

Bader Alzaharna
https://www.sportanddev.org/fr/derni%C3%A8res/actualit%C3%A9s/tout-la-guerre-%C3%A0-gaza-d%C3%A9truit-le-football-avenir-pr%C3%A9visible
 
The URL has been copied
A cross-section of some of the attendees at the cricket training in Adagom Camp

NCF et CSED Initiative emmènent le cricket dans un camp de réfugiés

https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/ncf-et-csed-initiative-emm%C3%A8nent-le-cricket-dans-un-camp-de-r%C3%A9fugi%C3%A9s
 
The URL has been copied
Inspire Inclusion

Inspirer l'inclusion : célébrer la Journée internationale de la femme dans les zones rurales de l'Andhra Pradesh à travers le sport

Kailas Khanna K R
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/inspirer-linclusion%C2%A0-c%C3%A9l%C3%A9brer-la-journ%C3%A9e-internationale-de-la-femme-dans
 
The URL has been copied
Photograph of participants at the badminton outreach event in Ogoja

Entraînement de badminton pour les personnes déplacées organisé à Ogoja, Nigeria

https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/entra%C3%AEnement-de-badminton-pour-les-personnes-d%C3%A9plac%C3%A9es-organis%C3%A9-%C3%A0-ogoja
 
The URL has been copied