Accueil
Regard en arrière et en avant – 11 ans de Journée internationale du sport au service du développement et de la paix
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/regard-en-arri%C3%A8re-et-en-avant-11-ans-d%E2%80%99idsdp
Partager
 
The URL has been copied
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/regard-en-arri%C3%A8re-et-en-avant-11-ans-d%E2%80%99idsdp
Partager
 
The URL has been copied
girl in yellow swimming cap smiles from inside a pool
La 11e Journée internationale du sport au service du développement et de la paix (IDSDP) offre une occasion cruciale de réfléchir sur le passé, le présent et l'avenir.

* Ce commentaire est dédié à Eli Wolff, un véritable champion décédé subitement le 4 avril 2023. Eli organisait un événement pour regarder en arrière et en avant le 10e anniversaire de l'IDSDP. Eli était un défenseur de l'inclusion et de l'équité dans le sport. Il a contribué à la création de l’IDSDP, parmi de nombreuses autres réalisations. Il nous manque beaucoup et sera toujours une source d’inspiration pour nous et pour bien d’autres. Nous honorons son héritage de la meilleure façon possible : en continuant à promouvoir et à utiliser le sport au service du développement et de la paix, en cherchant particulièrement à servir les plus vulnérables de la société.

Au nom de la Plateforme internationale sur le sport et le développement (sportanddev), je vous invite à partager vos réflexions sur l'IDSDP à 11 ans et sur la manière dont nous pouvons mieux travailler ensemble pour un plus grand impact.

Réflexion sur le passé, le présent et le futur

Étant donné les nombreuses crises auxquelles les populations et la planète sont confrontées, il n’a jamais été aussi crucial de réfléchir à la manière dont le sport peut contribuer de la manière la plus significative au développement et à la paix. Aujourd’hui, nous pouvons célébrer le chemin parcouru au cours des deux décennies écoulées depuis que le sport au service du développement et de la paix (SDP) a commencé à émerger sur le radar mondial. Et nous devrions célébrer et tirer les leçons de ces expériences.

Mais comme l’a dit mon compatriote et défenseur du SDP lui-même, feu Nelson Mandela : « J’ai découvert le secret selon lequel après avoir gravi une grande colline, il reste encore bien d’autres collines à gravir. » Le vrai travail nous attend, et c’est le plus grand match de notre vie.

Il ne s'agit pas seulement de la 11e IDSDP, cela fait également 21 ans depuis la première conférence de Macolin en Suisse en 2003, ouvrant la voie à un rôle plus important du sport dans la société. Lors de cette réunion, le premier conseiller spécial des Nations Unies pour le SDP, M. Adolf Ogi (le prédécesseur de M. Lemke) et d'autres ont appelé à une base de données mondiale des organisations du SDP afin d'assurer une plus grande collaboration et un plus grand impact. Cela a conduit à la naissance de nombreux jalons et initiatives, notamment sportanddev, qui est désormais devenu une plateforme mondiale de premier plan pour ceux qui utilisent le sport pour atteindre des objectifs sociaux, économiques et environnementaux.

Alors oui, nous avons parcouru un long chemin – et nous devons reconnaître l'excellent travail accompli par un large éventail d'acteurs utilisant le sport pour aborder les questions de santé, d'égalité des sexes, d'autonomisation des jeunes, de résolution des conflits, de prévention de la violence, de consolidation de la paix, d'inclusion sociale et plus. C'est inspirant.

Comment le sport peut-il mieux servir la société ?

En regardant vers l’avenir, nous devons examiner d’un œil critique les façons dont le sport peut mieux servir la société.

Nous devons nous poser des questions difficiles, telles que :

  • Comment pouvons-nous utiliser le sport pour remédier aux inégalités existantes exacerbées par les crises récentes ?

  • Comment pouvons-nous étendre et/ou reproduire les résultats prometteurs de nombreux programmes SDP ?

  • L’écosystème du sport doit-il changer ? Comment pouvons-nous lutter contre les inégalités au sein du sport ?

  • Comment pouvons-nous remodeler le sport et le développement pour qu’ils soient plus inclusifs, accessibles et plus percutants ?

La lutte pour l’accès universel au sport

Il est essentiel que nous puissions mieux reconnaître et défendre l’accès au sport en tant que droit humain fondamental. Ceci est inscrit dans de nombreuses conventions et engagements, notamment la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant – le traité relatif aux droits de l'homme le plus largement ratifié à ce jour – la Charte internationale de l'éducation physique et du sport, la Charte olympique, la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Handicapés, même les Conventions de Genève couvrant les droits des détenus.

Cela a été qualifié de « droit oublié » par les Nations Unies. Des progrès ont été réalisés dans la protection et la promotion des droits de l’homme dans et à travers le sport – et cela est bienvenu. Pourtant, encore trop de personnes, en particulier les groupes marginalisés, ne peuvent pas accéder à leur droit au sport et à l'activité physique - et restent fortement discriminées sur la base de caractéristiques telles que (mais sans s'y limiter) :

  1. Genre et orientation sexuelle

  1. Race, ethnicité et statut migratoire

  1. Invalidité

  1. Âge, revenu et statut socio-économique

De plus, même si les groupes mis en évidence ci-dessus peuvent accéder au sport, les opportunités qu’ils reçoivent et les expériences qu’ils vivent sont nettement différentes de celles des groupes plus privilégiés.

Ce ne sont là que quelques-uns des niveaux de discrimination qui empêchent l’égalité d’accès au sport. Bien entendu, ces questions sont intersectionnelles – et l’accès au sport est une question intersectionnelle et complexe.

Comment est-ce qu'on avance?

Il existe des solutions potentielles et des voies à suivre.

  1. Réinitialiser les priorités de financement

Premièrement, nous pouvons changer la manière dont le sport est financé. Pendant trop longtemps, des investissements excessifs ont été consacrés au sport d’élite – qui est par nature élitiste et ne sert pas toujours au mieux l’ensemble de la société. Le sport de base, le sport pour tous, le sport scolaire et les initiatives SDP restent largement sous-financés.

Si nous voulons vraiment ne laisser personne de côté et garantir que chacun puisse accéder à son droit au sport, nous devons alors accroître les investissements dans le sport pour tous et les initiatives connexes. Le sport et l’éducation physique doivent être une priorité au sein des systèmes scolaires. Les investissements publics devraient se concentrer sur ces domaines plutôt que sur l’organisation de méga-événements ou les investissements dans le sport d’élite, en particulier dans les pays en développement où il a été démontré que les événements sportifs d’élite ne font qu’exacerber les inégalités existantes.

Cela ne sera pas facile et nécessitera de remettre en cause les intérêts particuliers.

  1. Prioriser le sport pour tous

Cela exige également que beaucoup d’entre nous changent la façon dont nous percevons et célébrons le sport. Depuis trop longtemps, nous avons tendance à célébrer le sport lorsqu'il est sérieux (c'est-à-dire d'élite, de compétition, organisé). Les enfants sont poussés à pratiquer le sport dès leur plus jeune âge, ce qui conduit beaucoup d’entre eux à arrêter complètement le sport, avec un impact à long terme sur leur santé et leur bien-être. Pouvons-nous plutôt prendre le sport de base plus au sérieux ? Pouvons-nous nous concentrer davantage sur la participation plutôt que sur la performance, l’inclusion plutôt que l’exclusion, etc. ?

Nous avons également besoin d’investir davantage dans/pour les filles et les femmes, les personnes LGBTQ+, les réfugiés et les migrants, les minorités ethniques, les personnes défavorisées et les personnes handicapées.

Il ne s’agit pas seulement de participation. Il ne peut s’agir de gestes symboliques. Cela nécessite également des changements au niveau du leadership et de l’administration. Le mantra « rien sur nous sans nous » doit être fermement respecté.

  1. Reconnaître les limites et les risques potentiels du sport

Si nous voulons maximiser la contribution du sport à la société, nous devons reconnaître que le sport n’est pas automatiquement positif. Cela peut même causer du tort. Nous devons abandonner le « mythe du grand sport » selon lequel le sport est une panacée.

Nous devons plutôt veiller à ce que les politiques et programmes sportifs soient conçus avec soin et intentionnellement (avec les personnes mêmes dont ils sont censés bénéficier en tant que parties prenantes centrales) pour permettre des résultats positifs. Même dans ce cas, rien n’est garanti.

Je nous exhorterais à être moins évangéliques à propos du sport et du développement, plus fondés sur des données probantes, plus ciblés, équilibrés et réalistes quant à la manière dont le sport PEUT (et ne le fait pas automatiquement) contribuer au développement et à la paix. Nous devons être critiques car nous pouvons faire mieux.

Du temps en plus

Deux derniers points. Premièrement, nous devons reconnaître que les crises et les conflits existants ont profondément affecté la situation. Alors que de nombreuses organisations du SDP accomplissent un travail fantastique dans les efforts de secours, de réponse et de rétablissement, le sport pourrait une fois de plus être relégué au rang de besoin/préoccupation secondaire. De plus, le financement est plus limité que jamais, ce qui soulève la possibilité d’une augmentation des inégalités au sein du SDP et dans le secteur sportif en général, et annule les acquis antérieurs. Cependant, cela représente également une opportunité de réinventer le sport et le développement et de remodeler notre mouvement.

Enfin, nous devons également accroître l’accès aux outils et ressources d’apprentissage, d’information et de renforcement des capacités pour les initiatives SDP. À cet égard, sportanddev, en partenariat avec le Commonwealth et le gouvernement australien, a lancé un cours en ligne ouvert et massif (MOOC) : Le sport au service du développement durable : concevoir des politiques et des programmes efficaces dans quatre langues des Nations Unies. Plus de 7 000 apprenants sont déjà engagés dans plus de 191 pays et ce n'est pas fini. Nous avons également lancé le site sportanddev dans ces mêmes langues pour garantir un meilleur accès et une plus grande équité.

Ce ne sont là que quelques-uns des moyens de garantir un accès universel et égal au sport. Ceci n’est pas exhaustif. Ces actions sont nécessaires mais non suffisantes et doivent être accompagnées d’autres approches.

Mais il n’est pas seulement temps de réimaginer le rôle du sport dans la société. Si nous voulons vraiment créer l’égalité d’accès et garantir que le sport joue un rôle central dans la création d’un monde meilleur, il est temps pour nous de remodeler, de réformer et j’ajouterais, à terme, de révolutionner le rôle du sport dans la société.

Le moment est venu – et cela nécessitera un effort d’équipe.

* Partagez vos réflexions sur cet article en :
- Poster un commentaire ci-dessous (vous devez être connecté)
- Soumettre un article pour partager vos réflexions
- En utilisant notre formulaire de contact ou en nous envoyant un email : [email protected]

PHOTO :©UNICEF/UN0156174/Martinez

Auteurs

Consultant Principal
sportanddev

Étiquettes

Pays
Tous les pays
Région
toutes les régions
Sport
Tous les sports
Objectifs de développement durable
16 - Paix, justice et institutions fortes.
Groupe ciblé
Universitaires
Tous les groupes cibles

Articles associés

Taekwondo students in a Brazilian favela

Le sport suscite l'espoir dans les communautés de Rio lors de l'événement parallèle « GameChangers » de l'ONU

Jadir Taekwondo Association
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/le-sport-suscite-lespoir-dans-les-communaut%C3%A9s-de-rio-lors-de-l%C3%A9v%C3%A9nement
 
The URL has been copied
FFH

Football for Humanity nommé lors du prix Sport for One Humanity décerné par l'ONU

Christopher Thomas
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/football-humanity-nomm%C3%A9-lors-du-prix-sport-one-humanity-d%C3%A9cern%C3%A9-par-lonu
 
The URL has been copied
gfp

Generations For Peace USA annonce la création d'une nouvelle Académie de consolidation de la paix au profit de cinq organisations sportives pour les jeunes de la région de Chicago et de DC

https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/generations-peace-usa-annonce-la-cr%C3%A9ation-dune-nouvelle-acad%C3%A9mie-de
 
The URL has been copied
a team celebrates with medals

L'Ukraine utilise des athlètes pour mettre en avant sa lutte pour la liberté

SportAndDevelopment Admin
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/lukraine-utilise-des-athl%C3%A8tes-pour-mettre-en-avant-sa-lutte-pour-la
 
The URL has been copied