Accueil
Une étude révèle que la COVID pourrait être le coup de sifflet final pour un cinquième du secteur du sport au service du développement
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/une-%C3%A9tude-r%C3%A9v%C3%A8le-que-la-covid-pourrait-%C3%AAtre-le-coup-de-sifflet-final-pour
Partager
 
The URL has been copied
https://www.sportanddev.org/fr/dernier-contenu/nouvelles/une-%C3%A9tude-r%C3%A9v%C3%A8le-que-la-covid-pourrait-%C3%AAtre-le-coup-de-sifflet-final-pour
Partager
 
The URL has been copied
Un rapport publié aujourd'hui par Oaks Consultancy, principal cabinet de conseil en secteur tiers, a révélé que la pandémie a laissé plus d'un cinquième des personnes travaillant dans le secteur du sport au service du développement dans la crainte pour leur avenir. Les statistiques rassemblées dressent un tableau inquiétant, car le manque de financement et les lois de confinement en cours continuent de peser lourdement sur ce qui attend l’industrie.

La dernière étude d'Oaks Consultancy a été réalisée en partenariat avec trois leaders du secteur : Laureus Sport for Good, la Plateforme internationale sur le sport et le développement et streetfootballworld. La société a interrogé plus de 100 organisations dans le monde entier – depuis des projets communautaires de base jusqu'aux grands noms établis – pour éclairer son rapport complet sur l'état du secteur.

Plongeant tête première dans l’effet que la pandémie mondiale a eu sur l’industrie, la recherche se concentre principalement sur l’impact sur les revenus, la collecte de fonds et la planification d’urgence dans l’ensemble du secteur. Les résultats rassemblés de septembre à novembre de l'année dernière montrent que quels que soient la taille, le sport, les résultats, les thèmes ou la combinaison de collecte de fonds, la tendance est la même dans tous les domaines ; les niveaux de revenus chutent à un rythme précipité pour le secteur du sport au service du développement.

Luke Southall, directeur général d'Oaks Consultancy, a commenté les résultats en ces termes :

« Cela a sans aucun doute été l’une des périodes les plus éprouvantes, incertaines et turbulentes de l’histoire du secteur du sport au service du développement. Comme pour le reste du secteur tertiaire, la pandémie a présenté de profonds défis aux organisations de sport au service du développement à travers le monde, la réduction de l’accès aux sources de financement et les restrictions liées au coronavirus entraînant l’arrêt du jeu. Il ne fait aucun doute que les 12 derniers mois ont eu un effet sans précédent qui se fera longtemps sentir dans le secteur ; mais ce qui nous inquiète le plus, c’est que ces défis ne montrent aucun signe imminent de ralentissement.

Des statistiques remarquables montrent que 60% des personnes interrogées prévoient une réduction des revenus pour l'exercice financier, et 46% d'entre elles prévoient que cette baisse se poursuivra également l'année prochaine. Cela est dû en partie au fait que près de la moitié des organisations interrogées ne sont pas en mesure d’obtenir des subventions pour les aider à faire face à l’impact du COVID-19 ; dont un tiers déclarent désormais avoir peu – voire pas du tout – confiance dans leur capacité à se remettre de la pandémie.

Paul Hunt de la Plateforme internationale sur le sport et le développement a déclaré :

« Au cours des 20 dernières années, le secteur du sport au service du développement a réalisé de nombreux progrès, le nombre d'organisations utilisant le sport à des fins sociales, économiques ou environnementales augmentant considérablement. Cependant, les conclusions de ce rapport montrent que les perspectives des organisations de sport au service du développement sont désormais très difficiles et qu'il existe un risque réel que les acquis réalisés depuis le début du siècle soient perdus. Cela met en évidence le besoin urgent de démontrer et de plaider en faveur de l’importance du sport pour le développement dans la reprise après la pandémie, ce qui est non seulement dans l’intérêt des organisations mais aussi de la société.

Même si le rapport d'Oaks Consultancy présente une réalité difficile à l'heure actuelle, il existe également des éléments positifs sur lesquels le secteur peut s'appuyer. Les résultats montrent que 75 % des organisations étaient relativement ou très confiantes dans leur capacité à se remettre financièrement de la crise du COVID-19, l’un des points clés à retenir étant que l’innovation et la recherche de nouvelles sources de financement s’avéreraient essentielles à la survie.

« Les pressions financières obligent presque toutes les organisations à réfléchir différemment à leur modèle économique. Dans les mois à venir, il sera impératif d'envisager de réduire la dépendance à l'égard d'un petit nombre de bailleurs de fonds et de diversifier autant que possible la composition des revenus, mais je suis certain que s'il y a un secteur qui a la détermination acharnée de le faire, c'est bien celui-ci. un.

« En réalisant ce rapport, nous avons pu constater par nous-mêmes que l’industrie du sport au service du développement dispose d’exemples étonnants, inspirants et édifiants d’organismes caritatifs qui ont accompli un travail vital et salvateur dans les communautés qu’ils servent pendant la pandémie – malgré tout. circonstances et facteurs externes conspirant contre eux. C’est cet esprit, cette ingéniosité et cette résilience qui nous donnent à tous chez Oaks Consultancy la confiance que le secteur peut – et va – traverser cette pandémie », a conclu Luke.

Pour lire le rapport complet sur l'état du secteur du sport au service du développement, rendez-vous sur le site Web d'Oaks Consultancy ou visitez : https://www.oaksconsultancy.co.uk/post/fundraisinginsportfordevelopment

Auteurs

Operating Team
sportanddev