You are here

Considérations pratiques quant à la planification et à l'exécution de projets

Considérations pratiques quant à la planification et à l'exécution de projets

Utiliser le sport à la suite de catastrophes signifie bien plus que simplement frapper dans un ballon.

Selon un expert impliqué dans les programmes de sport à Bam (Iran): "lorsque les enfants ont été invités à jouer, personne n’a bougé. Ils étaient complètement inhibés, comme s’ils étaient restés figés depuis le tremblement de terre."

Un certain nombre d’éléments est à prendre en compte lors de la mise en oeuvre de programmes sportifs basés sur le rétablissement psychosocial pour avoir une efficacité maximale. Ceci inclut :

  • Offrir un soutien structuré et planifié de manière adéquate, basé sur des objectifs psychosociaux
  • Viser à répondre aux besoins de tous les groupes de la communauté
  • Recruter activement les membres les plus vulnérables de la communauté, tels que les individus ayant une mobilité réduite
  • Développer le programme en collaboration avec des organisations et agences locales
  • Penser, dès le début, à la viabilité à long-terme du programme.

Les besoins des groupes les plus vulnérables de la communauté doivent être pris en compte en incluant les femmes, les enfants, les personnes âgées et les personnes porteuses d'handicaps. Les programmes doivent aussi faire preuve de suffisamment de flexibilité pour qu’ils puissent non seulement s’adapter aux besoins changeants des participants, mais aussi rester sensibles à la culture locale, aux traditions, ainsi qu’aux relations hommes-femmes.

En ce qui concerne les activités physiques, il est important de garder à l’esprit que les coutumes locales peuvent parfois dicter quel groupe social est en mesure de participer à des sports spécifiques. Par exemple, si dans certaines communautés, la pratique du sport est perçue comme appartenant aux élites, l’aide d’urgence en faveur des personnes les plus vulnérables doit prendre en compte la façon dont la communauté percevra le choix d'un sport particulier.

L’expérience a montré que les résultats sont plus satisfaisants lorsque l’accent est placé sur la réhabilitation et les aspects récréatifs du sport, plutôt que sur le sport lui-même. Le personnel humanitaire et les entraineurs doivent être conscients que les règles du jeu peuvent être modifiées pour améliorer l’impact bénéfique du sport sur des aspects psychosociaux, tels que l’établissement de relations de confiance, la confiance en soi, la camaraderie et la résistance.

Le lieu où se déroule l’activité physique est un aspect crucial à prendre en considération lors de la planification et de l’exécution de ces programmes. Suite à une catastrophe naturelle, l’espace est particulièrement important, en particulier dans les camps de réfugiés ou de personnes déplacées. Les lieux servant au sport et au jeu doivent être désignés en association avec la communauté locale.

Des sentiments de vide, de tristesse, de culpabilité peuvent, entre autres, se manifester chez les rescapés de catastrophes, et chez les travailleurs humanitaires également. Dans le cas de l’aide humanitaire, la participation à une activité physique peut aider le personnel humanitaire à gérer son propre stress, afin d’être plus efficace dans le secours qu’il apporte aux autres.
 
Comme dans tous les domaines de l’aide au développement, le suivi et l’évaluation des projets sont essentiels pour juger de l’efficacité des programmes dans la réalisation des objectifs fixés. Il existe un certain nombre d’enjeux dans les processus de suivi et d’évaluation suite à une catastrophe.

Les experts mettent en évidence le rôle central que jouent la famille et la communauté dans les mécanismes de résistance que développe un individu. Dans ce sens, l’unité au sein d’une famille, pour surmonter le traumatisme et accélérer le processus de guérison, est cruciale.

 

 

E-Newsletter subscribe