Un changement global

Un changement global

Au Royaume-Uni de sérieux efforts ont été entrepris dès 2001 pour contribuer à la protection des enfants dans le sport. Une formation de la National Society for the Prevention of Cruelty to Children (NSPCC), « Child Protection in Sport Unit», a vu le jour après une séries de cas très médiatisés, dont celui d’un entraîneur de l’équipe olympique de natation britannique ayant été condamné suite à deux viols et une série de plaintes.

En 2008, l’Agence de développement international du gouvernement australien (AusAID) est devenue le premier donateur bilatéral et la première organisation du Commonwealth à mettre en œuvre une politique de protection de l’enfance. Cette politique a été mise en place à travers différents moyens. Elle assure que les organisations qu’elle finance ont mis en œuvre des pratiques, des politiques et des procédures assurant la sécurité des enfants.

Le financement reçu de AusAID est soumis à cette politique. Par conséquent, des organisations ont vu leur financement être suspendu par AusAID lorsqu’elles n’avaient pas pris les mesures adéquates. AusAID travaille avec d’autres partenaires financiers pour développer des politiques similaires de prévention en faveur des enfants.

D’autres organismes subventionnaires ont aussi exigé des demandeurs un engagement dans le renforcement des pratiques de protection de l’enfance. Les organisations demandeuses de subventions ont donc été obligées de se concentrer sur le développement d’une politique de protection de l’enfance.

Même si beaucoup d’organisations ont développé des politiques de protection de l’enfance suite à ces incitations, cette pratique a rencontré un succès limité. Souvent les politiques développées ne se trouvent que sur le papier et ne sont pas réellement communiquées à travers l’organisation, à cause d’un manque de soutien, de connaissance et de capacité.

En 2012, l’UNICEF a pris les devants lors d’une discussion regroupant 30 dirigeants et chercheurs du domaine de la protection de l’enfance. Le résultat de cet échange a été l’introduction d’un ensemble de standards internationaux sur la protection de l’enfance dans le sport, ainsi que la création d’un groupe de travail. Ces standards sont en train d’être employés mondialement à titre expérimental pour vérifier leur pertinence et leur utilité.